Philippe Candeloro et sa retraite : une inquiétude grandissante

Philippe Candeloro

Le 20 novembre 2023, Philippe Candeloro était invité dans l’émission « Chez Jordan » sur C8. Cette occasion a permis à l’ancienne gloire du patinage artistique français de partager ses préoccupations concernant sa future retraite. Il a même décrit sa perspective de retraite comme une « retraite de mrd », témoignant de son profond malaise.

Une carrière bien remplie

Philippe Candeloro est né le 17 février 1972 à Courbevoie. Fils de maçon italien, il a grandi à Colombes et a débuté le patinage artistique à l’âge de 7 ans. À 14 ans, il devient Champion de France dans la catégorie juniors et continue à travailler dur pour atteindre les sommets de son sport. Le grand public a découvert ce sportif de haut niveau dans les années 1990, lorsqu’il a remporté quatre fois le Championnat de France de patinage artistique entre 1994 et 1997.

Créatif et hyperactif, il devient Champion du Monde professionnel à San Jose, aux États-Unis, en 2000. Plus tard, il se reconvertit en commentateur sportif sur France Télévisions, travaillant aux côtés de figures emblématiques comme Nelson Montfort. Il a également participé à des émissions de divertissement telles que « La Ferme Célébrités » et « Danse avec les stars ». Philippe Candeloro a produit de nombreux spectacles de patinage et est devenu une figure incontournable de la scène médiatique.

Philippe Candeloro s’inquiète pour sa retraite

Malgré une carrière impressionnante, Philippe Candeloro n’est pas serein concernant ses finances futures. Lors de son passage dans l’émission « Chez Jordan », il a exprimé son inquiétude en expliquant qu’il lui restait encore 17 trimestres pour prétendre à une retraite complète, alors qu’il a déjà 51 ans. Cette situation lui donne l’impression d’être délaissé par l’État français.

Un débat sur la retraite des sportifs de haut niveau

Philippe Candeloro a rejoint un collectif avec Pascal Eouzan et d’autres athlètes, réunissant 450 sportifs de haut niveau. Ils se posent des questions sur leurs retraites, estimant que l’État français néglige les sportifs d’avant 2012 qui n’ont actuellement droit à rien. « On est en train de négocier », a-t-il ajouté, soulignant la nécessité de trouver des solutions pour leur avenir financier.

Une retraite modeste en perspective

Actuellement, Philippe Candeloro vit avec son épouse Olivia Darmon et leurs trois filles. Sur C8, il a estimé que leur retraite serait modeste, affirmant qu’il n’aurait jamais le taux plein. « Ça peut être 1.500 balles, c’est déjà une belle somme, si j’arrive à ce niveau-là. Olivia, ça sera encore moins », a-t-il confié.

L’importance des investissements immobiliers

Malgré leurs préoccupations financières, Philippe Candeloro et Olivia Darmon ont eu la chance de pouvoir investir dans l’immobilier. « C’est le cash qui manque, c’est la trésorerie », a-t-il expliqué. Avec les enfants à la maison et des études supérieures à payer, la situation devient de plus en plus lourde. « On va tenir combien de temps ? Parce que tant qu’on a les enfants à la maison avec des études supérieures à payer, c’est assez douloureux, c’est assez lourd. Donc cette retraite, elle pèse de plus en plus », a-t-il conclu.

Les défis financiers des athlètes retraités

L’histoire de Philippe Candeloro met en lumière les défis financiers auxquels sont confrontés de nombreux athlètes après leur carrière sportive. Même après avoir atteint des sommets dans leur discipline, ces sportifs doivent souvent faire face à des incertitudes économiques à l’approche de la retraite. Les carrières sportives, souvent courtes et intenses, ne permettent pas toujours d’accumuler des économies suffisantes pour une retraite confortable.

Vers une réforme des retraites pour les sportifs ?

Les préoccupations exprimées par Philippe Candeloro et d’autres athlètes pourraient encourager une réflexion plus approfondie sur la réforme des retraites pour les sportifs de haut niveau. Il est essentiel de trouver des solutions adaptées aux spécificités de ces carrières, afin de garantir une sécurité financière à ceux qui ont représenté leur pays au plus haut niveau.

Retour en haut