Syrie: l’ONU réclame une trêve urgente

Le Conseil de sécurité de l’ONU a lancé un appel à la trêve immédiate, en Syrie, estimant que les dernières poches de rebellions peuvent maintenant être maîtrisées par la basse police, selon l’analyse des observateurs.

 

Dans la région de la Ghouta orientale, « tout vole en éclat », témoignent les enquêteurs internationaux et les humanitaires présents sur place. Photo: Syria (Aleppo) © Getty/AmnestyInternational

 

Un siège de trente jours toujours plus morbifique

 

Reconquérir la Syrie notamment les zones fil rouge assaillies dans la région de la Ghouta orientale, une stratégie possible, selon les enquêteurs et le Conseil de sécurité. Un site proche de Damas, contrôlé par les rebelles, bombardé depuis des années par le régime syrien, « où l’humanitaire accède au compte-goutte ». « Pour accéder au terrain il faut négocier avec différents groupes. Mais la Russie a de moins en moins d’influence sur le régime Syrien », a expliqué ce matin Alexandre Giraud, Directeur des Solidarités Internationales, au téléphone en direct sur BFMTV.

 

Un appel à la trêve immédiate a ainsi été déclaré par l’ONU, samedi 24 février, étant donné l’avancée des dernières opérations militaires dans la région, pour lesquelles le Conseil de sécurité entend faire stopper les bombardements sauvages. Plus de 500 civils supplémentaires — dont une centaine d’enfants — sont décédés cette semaine, à cause des raids du régime syrien. Siège de trente jours au moins « qui vole en éclat », d’après les ONG qui témoignent au micro de la presse internationale. La coalition serait-elle noyée sous un amas d’enjeux opaques ?

 

Les combats perdurent pour laisser entrer l’aide internationale dans les zones saccagées

Un monde en ruines se dévoile sous les yeux des civils, par ailleurs témoins de violents conflits internes entre groupes jihadistes — qui se livrent un combat d’autorité sans concession — au milieu de la coalition internationale et des civils (cibles mobiles), afin de tenter une prise de contrôle du site. Quartiers chrétiens et juifs ont été bombardés. Trois enfants ont été tués dans une cour d’école; de part et d’autres des camps militaires, orientaux ou européens, les victimes sont tuées en masse notamment à Damas… La géopolitique militaire mondiale et la diplomatie internationale plafonnent. Des missiles s’élancent de toutes parts, au même titre que s’écroulent nombre de vies. Pâle scénario vécu sans fin, au quotidien.

Le texte adopté samedi, maintes fois amendé, « réclame que toutes les parties cessent les hostilités sans délai pour au moins trente jours consécutifs en Syrie pour une pause humanitaire durable ». L’objectif est « de permettre la livraison régulière d’aide humanitaire, de services et l’évacuation médicale des malades et blessés les plus graves », informe une source Le Point. La Syrie, sous l’impulsion du régime présidentiel de Bachar al-Assad, s’engage vers « un cataclysme humanitaire » a alarmé, mardi 20 février, Jean-Yves Le Drian, chef de la diplomatie française, à l’occasion d’une prise de parole devant l’Assemblée nationale.

 

Marion Calviera © People Act Magazine 2018

 

A la une

Interview dynamite: l'auteur, réalisateur et artiste visuel italien, Max Papeschi (Milan), parrain inclassable de la rentrée 2018. Photo © Giorgia Sans Merci

PAM sur Twitter

PAM sur Facebook

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

TATTOO PLANET