La quatrième vague est la, rebond, clusters ! Ça repart avec les restrictions.

quatrième vague

Le covid en France continue de se propager avec une quatrième vague . Les autorités locales ont décidé de rétablir certaines restrictions.

La France connaît en effet une recrudescence de la circulation du virus. Les chiffres de Santé publique France, dimanche 18 juillet, sont inquiétants : 12 532 nouveaux cas détectés en 24 heures, le taux de tests positifs est de 2%, le plus élevé depuis mai. La pression sur l’hôpital reste modérée (6936 personnes sont hospitalisées pour Covid-19, soit 14 de plus que la veille), mais les experts craignent que certains départements ne soient surchargés en septembre.

quatrième vague

Certains départements sont plus exposés que d’autres et les restrictions sont de retour. Dans les Pyrénées-Orientales, le taux d’incidence est de 257 cas pour 100 000 habitants. Dans ce département depuis hier soir et jusqu’au 2 août, tous les bars et restaurants doivent fermer à 23h, et la consommation d’alcool est interdite sur la voie publique. Le port du masque est de nouveau obligatoire à l’extérieur à Boulogne-sur-Mer et dans 12 autres villes du Pas-de-Calais ; c’est également le cas à Cabourg en Normandie.

La reprise de l’épidémie et de la quatrième vague est aussi, inévitablement, due à l’apparition de clusters liés au mélange des populations. L’ARS a identifié 35 cas positifs de Covid-19, manifestement contaminés lors d’une soirée en boîte de nuit. Le porte-parole du gouvernement s’est dit lundi 19 juillet “attentif à la situation” et n’a pas exclu de reconsidérer l’ouverture des boîtes de nuit.

covid

Dans son nouveau modèle, l’Institut Pasteur projette l’évolution de la variante Delta quatrième vague en France dans les prochaines semaines. Le centre de recherche multiplie les hypothèses et selon la plus probable, qui prend en compte l’évolution de la couverture vaccinale, “on pourrait atteindre 35 000 cas Delta par jour le 1er août si le taux de transmission restait inchangé (Rd=2,0 le 8 juillet), et 10 000 ou 22 000 cas Delta par jour si ce taux était ramené à Rd=1,5 ou Rd=1,8 à partir du 8 juillet.

En l’espace d’une semaine, 25 nouveaux départements ont vu leur taux d’incidence passer au-dessus du seuil d’alerte de 50 cas pour 100 000 habitants, faisant passer le nombre de territoires à surveiller de 12 à 37, une quatrième vague. Les territoires d’outre-mer, la région parisienne et les départements français du littoral atlantique et méditerranéen sont les zones les plus touchées par les signes de rebond de l’épidémie. Sur les 37 départements concernés, trois ont dépassé la barre des 150 cas : la Haute-Corse (249), la Guyane (176) et la Réunion (160). Pour l’instant, seules les Pyrénées-Orientales ont dépassé le seuil suivant et sont désormais proches de 300 cas pour 100 000 habitants.

pandémie

L’augmentation du nombre de cas dans ces départements est une conséquence directe de la propagation de la variante Delta, 60% plus contagieuse que la mutation Alpha, dite britannique et dominante avant que la nouvelle version du virus ne prenne le dessus. Cette tendance à la hausse se reflète dans les indicateurs sanitaires nationaux, puisque le taux d’incidence pour l’ensemble du pays est de 63 cas pour 100 000 habitants, dépassant également le seuil d’alerte.

Le retour du couvre-feu en France pour cette quatrième vague en raison du rebond épidémique ?

Face à la tendance épidémique, qui fait craindre une explosion de nouveaux cas quotidiens de contamination par le Covid-19 en France, le gouvernement ne ferme aucune porte. Sur BFMTV, le ministre des Affaires européennes, Clément Beaune, a été interrogé sur la possibilité d’un retour du couvre-feu dans les départements où le taux d’incidence repart à la hausse. “C’est une possibilité, même s’il ne faut pas être alarmiste”, a-t-il prévenu, évoquant un seuil à partir duquel de nouvelles restrictions pourraient être imposées : “Ce n’est pas exclu, le président de la République l’a dit dans son discours de lundi dernier, il a parlé d’un seuil d’incidence de 200, c’est adapté en fonction de ce que les préfets jugent nécessaire. […] Nous devons avoir cette arme entre les mains si une situation devient incontrôlable”.

rebond covid

Pour l’instant dans cette quatrième vague, le gouvernement n’a pas communiqué officiellement un seuil épidémique à partir duquel un couvre-feu serait instauré dans les villes ou départements les plus touchés par la recrudescence de l’épidémie. Certains territoires sont clairement plus concernés par la recrudescence de la circulation du virus, pour plus de détails, rendez-vous sur notre article consacré à la circulation du coronavirus en France par département.

Le gouvernement s’inquiète de la grappe découverte dans une boîte de nuit à Bordeaux, vers de nouvelles mesures ?

Invité ce lundi 19 juillet sur l’antenne de France Info, le porte-parole du gouvernement a fait un point sur un événement qui inquiète les autorités : la découverte d’au moins 35 cas de contaminations au Covid-19, issus d’une soirée qui s’est déroulée en boîte de nuit à Bordeaux ces derniers jours. “Nous regardons avec beaucoup d’attention ce qui se passe à Bordeaux”, a déclaré Gabriel Attal, indiquant que l’exécutif “se posera la question” de la possibilité d’une nouvelle fermeture de boîtes de nuit s’il est établi que les contrôles ne sont pas effectués comme ils le devraient ou que le protocole sanitaire mis en place n’est pas assez efficace.

Les boîtes de nuit ont rouvert début juillet, mais le protocole strict quatrième vague mis en place a suscité des interrogations chez certains experts virologues qui estiment que la variante Delta pourrait créer une explosion des cas d’infection lors des rassemblements en intérieur. De plus amples détails sur l’évolution possible du protocole sanitaire dans les boîtes de nuit pour cet été devraient être fournis prochainement.

Plus de 12 000 nouveaux cas de coronavirus le dimanche 18 juillet

Le bilan de l’épidémie de Covid-19 en France, au 18 juillet, fait état de 12 532 nouveaux cas ; la barre des 10 000 cas quotidiens a été franchie vendredi soir (10 908 cas). Dans les hôpitaux, 54 nouvelles admissions ont été enregistrées au cours des dernières 24 heures, soit 60 de moins que la veille. Enfin, aux soins intensifs, on compte 9 nouvelles arrivées, soit 12 de moins que samedi. Voici tous les chiffres de la journée :

5 867 730 cas confirmés par PCR (y compris les maisons de repos), soit 12 532 de plus.
111.472 décès au total (y compris les maisons de repos), soit 5 de plus
84.967 décès à l’hôpital, soit 5 de plus
6 936 personnes actuellement hospitalisées, soit 14 de plus
891 personnes actuellement en soins intensifs, soit 1 de plus
54 nouvelles admissions à l’hôpital (-60) et 9 en soins intensifs (-12)
387 469 personnes sorties de l’hôpital, soit 30 de plus
Taux de positivité des tests : 2%, soit 0,35 point de plus
Taux d’incidence : 63,49 cas/100 000, 12,95 points de plus

“A long terme, avec cette ruée vers le vaccin, nous venons de faire un pas de géant… pour éviter la cinquième vague.

Faut-il s’attendre à de nouvelles restrictions locales pour cette quatrième vague ? Il semble que cela ne soit pas à exclure. Dans le Journal du dimanche, le ministre de la Santé Olivier Véran a tenu à rappeler que “la dynamique épidémique est clairement plus forte que lors des vagues précédentes”, “même si nous partons d’une base plus faible”. Le ministre a noté : “Le R [nombre de personnes contaminées par un cas] pourrait atteindre 2, ce qui atteste de la plus grande contagiosité du variant Delta, de sorte que le nombre de nouveaux cas double tous les cinq jours”.

Une situation de quatrième vague qui, selon lui, justifie l’extension du pass sanitaire. “Si nous étions tous vaccinés, le virus ne trouverait plus personne à infecter, mais nous n’en sommes pas encore là. D’où la logique du pass santé, pour lutter contre la contamination dans les zones à risque fermées, pour éviter les clusters. Et un expert d’ajouter, toujours dans les colonnes du JDD : “A long terme, avec cette ruée vers le vaccin, on vient de faire un pas de géant… pour éviter la cinquième vague.”


Written by Antoine Berrot

Ancien bordelais exilé à Marseille, je suis fasciné par l'univers du sport et des séries TV, surtout celle de Netflix France. Pigiste et rédacteur pour plusieurs magazines peoples, Antoine est de nature curieux et il adore partager son point de vue sur tous les sujets médiatiques.