Voici à quoi va ressembler la quatrième vague du COVID ?

quatrième vague

Les épidémiologistes pensent que la quatrième vague du COVID est imparable pourrait à nouveau frapper les hôpitaux prochainement.

Sa perspective jette une ombre sur les vacances d’été. Avec la propagation du variant Delta, la possibilité d’une quatrième vague de coronavirus se précise car le nombre de contaminations a encore augmenté ces derniers jours : de 509 le 28 juin, le nombre de nouveaux cas est depuis passé à plus de 2 500 le 4 juillet (et même plus de 3 000 le 3 juillet).

Quand faut-il s’attendre à la quatrième vague ?

quatrième vague

Selon le ministre de la Santé Olivier Véran, « l’exemple anglais montre qu’une vague est possible dès la fin du mois de juillet ». Toutefois, si l’on suit l’exemple anglais, il s’agirait d’un rebond des infections et non d’une « vague au sens strict », dans la mesure où le nombre d’hospitalisations ne serait pas forcément corrélé. « Si on parle en termes d’hospitalisations et de décès, clairement non, en tout cas pas à partir de l’été », objecte le professeur de santé publique Martin Blachier. « L’augmentation du nombre d’hospitalisations viendra plus tard, avec un décalage dans le temps. Mais l’enjeu reste la rentrée scolaire, à l’automne et surtout à l’hiver », précise Martin Blachier.

La quatrième vague sera-t-elle aussi violente que les précédentes ?

quatrième vague port du masque

Une projection de l’Institut Pasteur envisage, avec un R0 – le nombre de personnes qu’un individu infecté va contaminer – en moyenne de 4 et une couverture vaccinale de 30% des 12-27 ans, 70% des 18-59 ans et 90% des plus de 60 ans, un nombre d’hospitalisations de 2500 personnes par jour. Ce chiffre est inférieur au pic de l’automne dernier (2850) mais supérieur à celui de la fin avril (2000).

Dans le pire des cas, l’épidémiologiste Antoine Flahaut n’exclut pas une nouvelle saturation des hôpitaux. « Les différentes vagues ont chacune touché 3 ou 4% des 50-60 ans. Avec la proportion de cette tranche d’âge non vaccinée, le virus peut facilement recruter la même proportion de patients et engorger les hôpitaux, ce qui pourrait conduire à de nouvelles restrictions », explique-t-il.

Qui est exposé au risque d’infection lors de cette quatrième vague ?

Les personnes vaccinées devraient être protégées des formes graves, bien qu’il existe un petit pourcentage de personnes ayant reçu leurs deux doses et risquant de développer le Covid-19. En revanche, les jeunes non vaccinés sont particulièrement sensibles au Covid-19. « Il y a un risque que les jeunes patients soient vus en soins intensifs. Or, ils sont particulièrement susceptibles de transmettre le Covid. Je suis particulièrement inquiet pour les 50-60 ans non vaccinés », poursuit Antoine Flahaut. Vacciné ou non, tout le monde peut cependant être exposé à des formes mineures du variant Delta.

Que change le variant Delta ?

variant delta

La question de l’agressivité du variant n’est pas tranchée. Des études préliminaires menées en Angleterre et en Écosse suggèrent un risque accru, voire doublé, d’hospitalisation, sans impact sur la morbidité pour l’instant. D’autre part, les symptômes pourraient être sensiblement différents, s’apparentant davantage à un rhume saisonnier avec maux de tête, écoulement nasal et fièvre légère, sans perte du goût et de l’odorat. Elle serait en tout cas 40 à 60 % plus contagieuse que la variante alpha (variante anglaise), ce qui pourrait accélérer la vitesse de propagation de l’épidémie.

Covid-19. Olivier Véran craint une quatrième vague « dès la fin juillet », le point par département

Dans son bilan quotidien de l’épidémie Covid-19, Santé publique France a fait état ce dimanche 4 juillet de 2 549 nouvelles contaminations par le coronavirus. Cela représente près de 1 000 cas de plus que le dimanche précédent (1 578 cas le 27 juin).

variant delta du Covid-19

La tendance à une légère augmentation observée depuis le début de la semaine se poursuit ce week-end.

Le nombre moyen de cas sur 7 jours continue également d’augmenter, avec une moyenne de 2 300 nouvelles infections par jour sur les 7 derniers jours.
Le taux d’incidence national reste à un niveau faible, 21,45 cas pour 100 000 habitants sur 7 jours, mais il est en augmentation depuis cinq jours consécutifs.

Une quatrième vague à la fin du mois de juillet ?

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a constaté dimanche l’augmentation récente du nombre d’infections. Pour lui, une quatrième vague de l’épidémie de coronavirus pourrait toucher la France à la fin du mois de juillet en raison de la propagation du variant Delta identifié pour la première fois en Inde.

Variant Delta indien

Depuis cinq jours, le virus ne diminue pas, il augmente à nouveau. A cause de la variante Delta qui est très contagieuse. L’exemple anglais montre qu’une vague est possible dès la fin du mois de juillet », a-t-il écrit sur Twitter.

Les Landes sont toujours le seul département au-dessus de 50 cas pour 100 000 habitants sur 7 jours. Paris, après un creux de 25,7 cas le 25 juin, est remonté à un taux de 43 infections pour 100 000 habitants, et si la tendance se poursuit, pourrait dépasser les 50 dans les prochains jours.

Le taux d’incidence est en légère augmentation depuis quelques jours dans plusieurs territoires, notamment le Calvados, l’Ille-et-Vilaine, le Jura, Paris…

Stabilité à l’hôpital

Selon les autorités sanitaires, 7 913 personnes sont hospitalisées ce dimanche pour une forme sévère de Covid-19. Cela représente un patient de plus que samedi.
1 102 personnes sont traitées dans des unités de soins intensifs, soit deux de plus que samedi :

La vaccination obligatoire en débat pour la quatrième vague

Sur le plan de la vaccination, 159 036 personnes ont reçu une dose de vaccin au cours des dernières 24 heures.

Depuis le début de la campagne de vaccination en France, 34 549 222 personnes ont reçu au moins une injection (51,2% de la population totale) et 24 426 131 personnes ont désormais reçu un schéma vaccinal complet (36,2% de la population totale).


Sacha Fernandes

Depuis l'enfance, je suis passionnée par l'écriture et le yoga et je suis très curieux de nature surtout quand il s'agit d'actualité et de presse, je m'intéresse à tous les domaines ! J'aime aussi les nouvelles technologies et la création de sites internet, ainsi que le SEO qui me passionne, une vraie révélation pour moi il y a plus de 10 ans.