Pass sanitaire : la lourde décision de Jean Castex (premier ministre).

Le pass santé est obligatoire en France depuis plus d’un mois, et son abandon n’est pas à craindre. Jean Castex souhaite le prolonger au-delà du 15 novembre. Il présentera ce projet de loi au Conseil des ministres le 13 octobre.

jean castex

Jean Castex ! Depuis le 9 août, le carnet de santé est obligatoire en France pour aller au cinéma, au concert, au restaurant et au musée.

Mais le gouvernement et Jean Castex envisage d’adapter le pass santé en fonction des régions et de leur taux d’incidence.

Quand on est dans une période de déclin d’une vague épidémique, que le virus circule moins, on respecte ce principe de proportionnalité et de territorialisation des mesures, a expliqué le ministre de la Santé Olivier Véran lors d’une interview sur BFMTV ce lundi 20 septembre 2021.

jean castex covid

Il s’agit de savoir si dans certains territoires, on peut adapter les choses, a précisé Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, sur BFMTV le 19 septembre.

Emmanuel Macron avait également exprimé son souhait d’alléger le pass sanitaire, voire de le supprimer selon Jean Castex, dans les endroits où le virus ne circule plus, et ce dès que les conditions sanitaires le permettront et, à mon avis, quand je verrai les chiffres, ça n’arrivera pas si tard.

Des chiffres en baisse selon Jean Castex.

jean castex qr code

En effet, la pandémie recule en France et les chiffres continuent de baisser. Le 19 septembre, plus de 5 000 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés en 24 heures et 28 personnes sont décédées.

Plus de 2 000 nouvelles admissions hospitalières ont été enregistrées au cours des sept derniers jours, dont 636 personnes en soins intensifs. Parmi ces patients, 444 ont été admis en soins intensifs.

Et si de nombreux Français protestent depuis plusieurs semaines contre ce protocole, il n’est pas prêt de disparaître. En effet, Jean Castex souhaiterait le prolonger au-delà du 15 novembre. Le Premier ministre devrait présenter ce projet de loi en Conseil des ministres le 13 octobre prochain.

Pour l’instant, aucun département ou région n’est concerné par une mesure d’allègement, et encore moins par la suppression du pass santé. Il devrait donc rester actif encore un certain temps.

Polémique sur l’allocation de rentrée scolaire : sur France 2, Jean Castex se désolidarise des propos de Jean-Michel Blanquer.

Jean Castex a dû revenir sur les propos controversés du ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, qui avait laissé entendre que l’allocation de rentrée scolaire (ARS) était parfois destinée à l’achat d’écrans plats.

Invité de l’émission « On est en direct » sur France 2, le Premier ministre a assuré samedi 4 septembre qu’il n’était pas dans l’esprit du gouvernement de contrôler l’utilisation de cette allocation.

On ne va pas regarder s’ils [les allocataires] ont acheté du matériel scolaire avec d’autres revenus que cette allocation. C’est impossible à contrôler, ce n’est pas notre esprit, a-t-il déclaré. L’objectif est de soutenir, c’est une mesure de pouvoir d’achat pour les familles pauvres ou nécessiteuses. C’est une allocation utile.

Jean Castex Interrogé dimanche dernier sur la proposition d’un député de verser l’ARS sous forme de bon d’achat, M. Blanquer avait estimé qu’il s’agissait d’une idée intéressante, méritant d’être étudiée.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jean Castex (@jcastexpm)

On sait, si on regarde les choses en face, qu’il y a parfois plus d’achats d’écrans plats en septembre qu’à d’autres moments, a ajouté le ministre de l’Éducation nationale sur France 3, avant de réitérer ses propos dans la semaine.

Olivier Véran prend ses distances.

Ces déclarations ont provoqué un tollé dans l’opposition, l’eurodéputé Vert Yannick Jadot les qualifiant de totalement irresponsables.

Elles ont également créé des tensions au sein de la majorité. Alors qu’Emmanuel Macron est allé dans le sens de son ministre de l’Éducation jeudi, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a pris ses distances vendredi avec son collègue, rappelant que c’est son ministère qui a distribué cette allocation.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jean Castex (@jcastexpm)

Il y a peut-être une partie de cet argent qui ne sert pas uniquement à acheter du matériel scolaire pour les enfants. Et alors ? a déclaré M. Véran sur France Bleu.

Ceux qui bénéficient de cette allocation sont par définition des familles qui gagnent moins de 1 500 euros nets par mois, avec un enfant. Ce sont des familles [où] un cartable n’est pas remplacé parce que c’est la rentrée, mais parce qu'[il] est usé, cassé.

Jean Castex ! Je ne suis pas choqué que des familles puissent utiliser une partie de ces allocations pour payer une facture d’électricité qui traînait, pour prendre un peu plus d’essence pour partir en week-end ou pour décider de faire le plein d’un certain nombre d’aliments qui viendront agrémenter des repas familiaux qui ne sont pas festifs au quotidien, conclut-il.

L’ARS, qui aide les parents à faibles revenus à payer les cartables et autres fournitures scolaires, a été versée à trois millions de familles en août. L’allocation sous condition de ressources s’élève cette année à 370,31 euros pour les enfants de 6 à 10 ans, 390,74 euros pour les enfants de 11 à 14 ans et 404,28 euros pour les adolescents de 15 à 18 ans.


Baptiste Lecomte

Passionnée de tout ce qui ce passe dans le monde c'est avec un grand plaisir que je participe avec vous au magazine People Act comme rédacteur amateur à côté de mes différentes activités, car je suis avant tout dans le sport de haut niveau.