Nikos Aliagas (The Voice) : son grandiose salaire dévoilé !

Chaque semaine, une bataille acharnée fait rage entre les coachs et les candidats de The Voice : All Stars. Depuis le début, c’est Nikos Aliagas qui présente le spectacle. Mais combien gagne le présentateur vedette de TF1 ?

Nikos Aliagas

Nikos Aliagas est un présentateur qui n’a pas besoin d’être présenté. Après avoir présenté toutes les saisons de la Star Academy sur TF1, il prend en charge The Voice.

Nikos Aliagas est finalement devenu l’un des présentateurs vedettes de la chaîne, ainsi que l’animateur de 50 minutes, en passant par des émissions populaires comme les NRJ Music Awards ou C’est Canteloup, avant que l’émission ne soit reprise par Alessandra Sublet.

Nikos Aliagas salaire

Nikos Aliagas, la star incontournable de TF1

Au fil des ans, Nikos Aliagas s’est fait un nom, notamment dans les programmes musicaux. Et cette année, The Voice : All Stars a été présenté comme un grand événement pour les téléspectateurs.

Si les coachs de l’émission encaissent, Nikos Aliagas n’est pas du tout à plaindre. Mais combien le présentateur de TF1 gagne-t-il chaque mois ?

Près de 200 000 euros pour The Voice : All Stars !

Le chroniqueur de Touche pas à mon poste Benjamin Castaldi a fourni des informations sur les différents salaires des animateurs du groupe TF1.

En tant qu’ancien présentateur de Secret Story, on peut imaginer que le chroniqueur de TPMP connaît une chose ou deux sur les salaires.

En février, il a déclaré à l’émission On refait la télé de RTL que Nikos Aliagas gagne 27 500 euros par prime. Si vous faites le calcul, The Voice : All Stars est fixé à 7 primes.

L’hôte gagnera donc un total de 192 500 euros. C’est un gros salaire, sans compter ses autres activités journalistiques, qui pourraient bien augmenter son revenu annuel.

Nikos Aliagas : Ma vie ne se résume pas à parler devant la caméra.

Nikos Aliagas travaille pour TF1 depuis 20 ans, et fêtera bientôt sa 10ème année de présentation du télé-crochet « The Voice »« .

Dans une interview accordée à l’AFP, il évoque sa relation avec l’émission, avec la célébrité et avec ses autres activités de journaliste et de photographe.

Je trouve ce jeu de hasard et de destin génial : chaque coach écrit l’histoire d’un artiste sans le connaître, s’enthousiasme le présentateur franco-grec Nikos Aliagas aux commandes de The Voice all stars, dans une saison qui célèbre les dix ans de l’émission.

Diffusée le samedi soir depuis le 11 septembre, cette édition spéciale oppose d’anciens candidats de Voice et est dirigée par cinq coachs historiques : Florent Pagny, Jenifer, Zazie, Mika et Patrick Fiori.

La formule a attiré 4,3 millions de téléspectateurs samedi dernier, selon les données de Médiamétrie. En revanche, le nouveau talent show présenté par Nagui sur France 2 a attiré moins d’un million de téléspectateurs.

Au début, en 2012, je ne suis pas arrivé avec beaucoup de confiance, mais avec beaucoup de sérieux, se souvient Nikos Aliagas.

Je me suis rendu compte qu’en étant avec les familles (des candidats) derrière moi, il y avait une autre vague tout aussi passionnante : l’accompagnement direct, physique et psychologique.

Le présentateur Nikos Aliagas se souvient du plaisir de voir des personnes talentueuses se révéler, mais aussi de la difficulté de trouver les bons mots lorsqu’un candidat n’est pas retenu.

À ce moment-là, ce n’est pas un document écrit, c’est ma parole d’être humain envers eux, dit-il.

J’ai besoin d’une connexion, déclare le présentateur de 52 ans, qui est entré dans le monde du spectacle en 2001.

Lorsqu’il était journaliste, un pied en Grèce et l’autre en France chez Euronews, Nikos Aliagas a été approché par TF1 pour un magazine d’information… qui n’a jamais vu le jour.

Au lieu de cela, on lui a demandé de présenter la Star Academy. A TF1, personne ne voulait y aller, on sortait du Loft (Story, première téléréalité française, ndlr), ça sentait un peu le soufre mais j’ai accepté, poussé par ma petite voix.

Vivre intensément révèle Nikos Aliagas.

Depuis, Nikos Aliagas qui a également travaillé dans plusieurs radios est resté fidèle à TF1, où il est devenu une valeur sûre aux commandes de plusieurs émissions 20H C’est Canteloup de 2011 à 2018, 50 minutes inside depuis 2007, entre autres).

Cette chaîne a été une bonne école de la vie car au moins les choses sont directes, claires et plus humaines qu’on ne le pense.

Il m’est arrivé de réaliser des programmes qui n’ont pas très bien fonctionné et personne ne m’a mis un pistolet sur la tempe, souligne-t-il.

Cependant, le présentateur Nikos Aliagas insiste sur le fait qu’il n’est pas dupe de sa célébrité : Mon point de départ est que tout cela ne vous appartient pas, vous êtes un intermédiaire, on vous le prête, et un jour on vous le reprendra. Vous devenez rapidement une image de stock. Mais ma vie ne se résume pas à parler devant une caméra.

Nikos Aliagas

Qu’est-ce qui vous motive ? Vivre intensément pour affronter la fragilité de la vie dont il dit être conscient depuis l’enfance, une attitude forgée par sa mauvaise santé et l’exil de son père grec.

D’où le besoin d’exprimer cette dualité culturelle, de créer autre chose, d’écrire, d’aller faire des photos, de vivre en dehors de cette lumière.

Je peux faire des choses totalement différentes, mais si je n’ai pas ça, j’étouffe, dit le présentateur qui s’est fait un nom dans la photographie.

Et Nikos Aliagas porte de nombreuses casquettes : une interview d’Emmanuel Macron en mars pour la télévision publique grecque, une lecture de poèmes grecs au salon littéraire de Nancy début septembre, une exposition en préparation suite à un reportage photo au Costa Rica ?

Quant au journalisme, s’il n’exclut pas d’y revenir, ce n’est pas une priorité aujourd’hui. Nikos Aliagas a quitté Europe 1 en 2019 après presque dix ans. Mais il estime qu’il est toujours un journaliste. Ma méthodologie est purement journalistique, même lorsque je présente une émission de variétés ou lorsque je photographie.


Martha Levine

Tout projet incroyable commence par une étincelle et un esprit talentueux. C'est le cas pour Martha Levine, la fondatrice du site PEOPLE ACT MAGAZINE. À tout juste 41 ans, elle a eu une idée brillante en tant que femme de lancer ce projet unique sur les stars et les peoples français.