Money Planet #23: Les chiffres de l’évasion fiscale dans le Monde

 

 

Money Planet #23

Les chiffres de l’évasion fiscale dans le Monde

 

Moneygami © Hasegawa Yousuke (長谷川洋介)

 

 

Les banques? Une vague idée du rôle de l’État dans l’Histoire contemporaine du Monde

 

 

 

 

Par Marion Calviera
Journaliste indépendante – Fondatrice People Act Magazine

 

 

Entre chiens et chats, heureuse de retrouver mon co-rédacteur en chef Thierry Paul Valette, intervenant sur LCI, porte parole du Club Stratégie Géopolitique, délégué national du CODI: le Centre d’observation des inégalités, et fondateur de L’Égalité Nationale, concernant la revue de presse internationale People Act, printemps 2018. Au sommaire du mois de Mai, dialogues autour de la sécurité nationale, de la fraude bancaire et de l’évasion fiscale. En vue de la poursuite de la lutte contre le financement du terrorisme en Europe, le Parlement européen a approuvé, jeudi 19 avril, des règles plus adaptées à l’actualité internationale, en réponse notamment aux attentats de France et de Belgique; pour empêcher, par exemple, le blanchiment d’argent, selon une source Le Monde/AFP.

 

 

Inégalités? Réfléchissez-y

 

Dans le cadre de la mission transparence du système bancaire international et des circuits financiers qui en découlent, depuis le début de la crise financière, en 2007, et notamment les 12 et 13 septembre 2008, date à laquelle l’empire financier Lehman Brothers se déclare officiellement en faillite après une dégringolade vertigineuse de ses actions (-93%), Café de la Bourse retrace la chute de ce géant de l’économie américaine qui nous rappelle combien nous devons être vigilants. D’après une enquête publiée par Le Monde, 97 % des pénalités pour fraude bancaire proviennent de régulateurs américains. Toutefois depuis l’élection de Donald Trump, côté États-Unis, il semblerait que la lutte active contre la fraude bancaire menée depuis 2012 par l’administration Obama connaisse désormais un ralentissement significatif pour atteindre son taux le plus bas depuis 2013. En effet, d’après Le Monde, 234 milliards de dollars (environ 199 milliards d’euros) d’amende ont pu être collectés depuis le début de la crise. Cependant, «depuis le début de l’année 2017, seuls 9,3 milliards de dollars ont été enregistrés, très loin du rythme de ces neuf dernières années (environ 25 milliards sur une année pleine)», a précisé le quotidien français.

 

Capture d’écran du vendredi 20 avril 2018. Source: « Le Monde » (Open Data).

 

Il existe autant de réalités qu’il existe d’êtres humains sur Terre

 

Une vérité malléable se dévoile, ici et maintenant, aux yeux du Monde. Ce qui est bon pour l’un, ne l’est pas forcément pour l’autre. À échelle globale, les chiffres de l’optimisation et de l’évasion fiscale incarnent, pour l’heure, une somme d’estimations complexes à déchiffrer au regard des investigateurs internationaux. Des études «rares», «difficiles à mener», étant donné «l’opacité» des montages juridiques et financiers qui en découlent. Contrairement aux «Panama Papers», dans Le Monde, il est précisé que cette nouvelle enquête des «Paradise Papers» concerne moins «le blanchiment d’argent sale, issu de la fraude fiscale et d’autres activités illicites (trafics d’armes, de drogue…), que des schémas légaux montés par des bataillons d’experts en optimisation fiscale

 

«Si la tendance continue, il faudra seulement quatre ans pour que la richesse totale des milliardaires d’Asie dépasse celle des Américains»

 

Affaires «Paradise Papers» ou encore «Panama Papers», l’Europe d’en bas s’enfonce dans la crise alors que les richesses des milliardaires, les hyper-riches (soit 1542 personnes d’après une nouvelle étude de la banque suisse UBS publiée en 2017), progressent chaque année un peu plus. Selon l’observation d’UBS, les États-Unis comptent plus de milliardaires que n’importe quel pays au monde. «Trois quarts des nouveaux milliardaires de 2016 viennent de Chine et d’Inde, a annoncé UBS. Ces pays ont 67 et 16 milliardaires de plus respectivement. Si la tendance continue, il faudra seulement quatre ans pour que la richesse totale des milliardaires d’Asie dépasse celle des Américains», poursuit la banque suisse.

 

D’après l’OCDE, les pertes en matière de recettes étatiques mondiales générées par l’évasion fiscale sont estimées entre 100 et 240 milliards de dollars — soit 86 à 207 milliards d’euros, voire 350 milliards.

 

Plus qu’un manque à gagner, globalement, l’évasion fiscale possède également un coût annuel pour les États, évalué à 350 milliards d’euros, en référence à l’étude menée par le Français Gabriel Zucman pour le Consortium international des journalistes d’investigation. En 2012, une étude menée par le groupe de pression Tax Justice Network annonçait un montant situé entre 21.000 et 32.000 milliards de dollars (soit 17.000 à 25.500 milliards d’euros), concentré dans les différents paradis fiscaux autour de la planète: «Ces montants représentent une somme supérieure au PIB combiné des États-Unis et du Japon»; soit dix fois celui de la France.

 

La revue de presse par Thierry Paul Valette & Marion Calviera © People Act Magazine 2018

 

 

 

 

Money Time © Denis Robert

 

 

En savoir +

En France il existe un amalgame parfois volontaire entre fraude, évasion et optimisation fiscale
Par Thierry Paul Valette et Marion Calviera

«Money Planet»
Une vague idée du rôle de l’État dans l’Histoire contemporaine du Monde
Dossier réalisé par Thierry Paul Valette et Marion Calviera (Printemps 2018)

Crédits:
Tous droits réservés Marion Calviera © People Act Magazine 2018
Extrait du livre «Mad World, À la folie! L’Enquête (Volume 2); Enquête sur les phénomènes hallucinatoires de la réalité ordinaire où Le Journal de Bord d’une fille du siècle» (2018).

Auteure © Marion Calviera – Dépôt légal SACD n°000251269

SPACE: Maars Atacama’s Journey

PAM sur Twitter

PAM sur Facebook

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

TATTOO PLANET

Partager