Les missiles de Vladimir Poutine : l’arsenal effrayant dont dispose la Russie.

Les forces ukrainiennes ont combattu les envahisseurs russes sur trois fronts jeudi, après que Moscou a lancé un assaut terrestre et des missiles, maritime et aérien dans la plus grande attaque contre un État européen depuis la Seconde Guerre mondiale, provoquant la fuite de dizaines de milliers de personnes.

missiles

En tant qu’héritier de l’arsenal soviétique, Moscou et la Russie possède le plus grand stock de missiles balistiques et de croisière au monde.

À la tombée de la nuit les missiles pleuvent sur l’Ukraine, des combats acharnés se sont déroulés sur plusieurs fronts, selon les rapports de Reuters.

Les missiles russes !

missiles satan 2

Un conseiller du bureau présidentiel ukrainien a déclaré que les forces russes avaient pris l’ancienne centrale nucléaire de Tchernobyl, située à 90 kilomètres (60 miles) au nord de la capitale, et l’aéroport d’Hostomel dans la région de Kiev, où des parachutistes avaient atterri auparavant.

Des échanges de tirs de missiles nourris ont également eu lieu dans les régions de Sumy et de Kharkiv, au nord-est, et de Kherson et d’Odessa, où se trouve une ville très peuplée et le plus important port maritime d’Ukraine, au sud.

La journée avait commencé par une pluie de missiles sur des cibles ukrainiennes et les autorités faisaient état de colonnes de troupes traversant les frontières de la Russie et du Belarus au nord et à l’est, et débarquant sur les rives sud de la mer Noire et de la mer d’Azov.

« En tant qu’héritière de l’important arsenal de missiles soviétique, la Russie possède le plus grand inventaire de missiles balistiques et de croisière au monde », indique Missile Threat du Missile Defense Project du Center for Strategic and International Studies (CSIS) qui rassemble des informations et des analyses de sources ouvertes, fiables et actualisées, sur les missiles balistiques et de croisière dans le monde et les systèmes conçus pour s’en défendre.

L’armement de la Russie

Selon cette source, la Russie reste une puissance majeure dans le développement de missiles de tous types, et les forces de fusées stratégiques de la Russie sont un élément important de la stratégie militaire de Moscou. « Les missiles russes remplissent une grande variété de missions, allant du déni d’accès/de zone dans les conflits locaux à la livraison d’armes nucléaires stratégiques sur tous les continents. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Haruna (@shehe8165)

Un important programme de modernisation se poursuit en Russie, produisant de nouvelles variantes de missiles balistiques et de croisière dotées d’importantes nouvelles capacités. La Russie fait également des progrès importants dans le domaine des missiles de croisière à guidage de précision.

L’un des plus redoutés est le R-36 (OTAN : SS-18 « Satan »), un missile balistique à propergol liquide à portée intercontinentale basé sur un silo, initialement développé par l’Union soviétique et maintenant par la Fédération de Russie.

Au total, six versions auraient existé depuis le début du programme, seul le Mod 6 étant encore déployé de manière opérationnelle. Il peut atteindre jusqu’à 16 000 kilomètres.

Des systèmes de missiles anti-aériens russes S-400 sont pilotés lors d’une répétition du défilé du Jour de la Victoire sur la Place Rouge, dans le centre de Moscou.

Le RS-28 Sarmat, quant à lui, est un missile balistique intercontinental à carburant liquide que la Russie développe actuellement, avec une portée comprise entre 10 000 et 18 000 kilomètres.

L’un d’entre eux est l’UR-100 (OTAN : SS-19 « Stiletto »), un système de missiles balistiques à propulsion liquide à portée intercontinentale, basé sur des silos, déployé par l’Union soviétique et maintenant par la Fédération de Russie.

Les SS-17, SS-18 et SS-19 ont été les premiers missiles soviétiques à être équipés d’ogives MIRV (multiple independent re-entry vehicle) avec des systèmes de guidage et d’orientation séparés. Il a une autonomie de 10 000 kilomètres.

Le SSC-8 est un missile de croisière russe à lanceur terrestre d’une portée de 2 500 km. Son développement a incité les États-Unis à se retirer en 2019 du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire de 1987.

Il y a aussi le RT-2PM Topol (SS-25 « Sickle »), un système de missile balistique à propergol solide, mobile sur route et de portée intercontinentale. Il a une portée de plus de 11 000 km et était basé sur les anciens missiles mobiles Temp-2S et Pioneer.

Amy F. Woolf, spécialiste de la politique en matière d’armes nucléaires, a écrit dans un rapport publié en septembre 2021 et intitulé Russia’s Nuclear Weapons : Doctrine, Forces and Modernisation, que « les forces nucléaires russes se composent de systèmes stratégiques à longue portée, notamment de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM), de missiles balistiques lancés par sous-marin (SLBM) et de bombardiers lourds de missiles balistiques, ainsi que de vecteurs à courte et moyenne portée ».

En outre, la Russie modernise sa force nucléaire, remplaçant les systèmes de l’ère soviétique par de nouveaux missiles, sous-marins et avions, tout en développant de nouveaux types de vecteurs. « Bien que le nombre d’armes nucléaires de la Russie ait fortement diminué depuis la fin de la guerre froide, elle conserve un stock de milliers d’ogives, dont plus de 1 500 sont déployées sur des missiles et des bombardiers capables d’atteindre le territoire américain. »

Samedi, la Russie a lancé une série de missiles balistiques et de croisière afin de montrer sa puissance militaire nucléaire et conventionnelle. M. Poutine a supervisé les lancements depuis un centre de commandement au Kremlin avec son allié et homologue biélorusse, Alexandre Loukachenko.

missiles

Les armes testées allaient du missile RS-24, pilier de l’arsenal nucléaire à longue portée de la Russie, au missile hypersonique Tsirkon, une arme antinavire qui, selon M. Poutine, sera déployée cette année.

« Ils montrent leur capacité à opérer tout en haut de l’échelle de l’escalade », a déclaré un responsable américain au Wall Street Journal. « Il est destiné à envoyer un message à l’Occident pour lui dire qu’il est prêt, y compris ses plus hauts dirigeants. »


Louis Foucault

Je suis passionnée par les nouvelles technologies et les informations en générales sur le web ! Restez toujours en contact, c'est ma devise et surtout je ne manquerai aucune des rumeurs les plus folles circulant sur Internet.