Michèle Torr au plus mal, une douloureuse rechute dévoilée !

Depuis longtemps, Michèle Torr souffrait, désolée que son fils chéri, Romain Vidal, 54 ans, n’ait jamais été reconnu par son père, le chanteur Christophe, décédé en avril 2020. Car Michèle Torr savait, au plus profond de son être, la douleur de Romain face à ce non-amour, cette blessure encore béante d’un abandon qui ne porte pas son nom.

Michèle Torr

Michèle Torr : Après cinq mois de rééducation, son fils Romain, atteint de sclérose en plaques, a été de nouveau hospitalisé !

Mais, en mère courageuse, Michèle Torr avait affronté l’existence et les difficultés. Jamais, à aucun moment, elle n’a baissé les bras. Et quand, en 2007, elle a découvert qu’il était atteint d’une maladie très grave, la sclérose en plaques, l’artiste a tout fait pour montrer à son fils qu’il comptait plus que tout.

Michele Torr jeune

Malgré la gravité de la situation, Michèle Torr a réussi à trouver l’inspiration dans cette nouvelle épreuve : parlant de Romain à Évelyne Thomas dans l’émission Non Stop People, elle a confié : Il est extraordinaire ! Vous savez, les gens malades, la plupart du temps, ne se plaignent pas et sont des exemples de vie. Il me donne de la force, il est positif.

Des paroles émouvantes, mais qui ne parviennent pas à cacher l’ampleur de sa douleur à l’idée que Romain ait dû faire face à tant d’adversité. Et s’il avait enfin pu établir une relation avec son père biologique, la mort de ce dernier et le fait que Romain ait été tenu à l’écart de ses funérailles avaient une nouvelle fois meurtri le cœur de sa mère. Il a été très marqué et très blessé par le décès de Christophe, blessé d’être tenu à l’écart, avait  expliqué Michèle Torr à notre collègue.

Hélas, après avoir vécu une période aussi difficile, la santé de Romain s’est dégradée. En juillet 2020, il a dû être hospitalisé à l’hôpital de la Timone à Marseille : J’ai été victime d’un grave problème psychologique. Le fait de ne pas avoir de nouvelles de l’état de santé de mon père, puis sa disparition brutale, m’avaient déjà laissé très meurtri, nous avait-il confié il y a tout juste un an. Une émission de télévision, qui prétendait qu’il était avant tout intéressé par l’argent de la succession de Christophe, avait fini par le détruire.

En plus de cela, une infection urinaire, suivie d’une forte allergie à son traitement, avait ensuite eu raison de sa condition physique. Il lui a fallu une longue période de rééducation, de cinq mois, pour se remettre.

Mais avec une énergie peu commune, Romain a repris sa vie, se réjouissant de retrouver sa mère, son foyer, ses enfants, Raphaëlle, 11 ans, Samuel, 22 ans, Charlotte, 26 ans. Hélas, cette amélioration fut de trop courte durée. En effet, Romain est à nouveau hospitalisé, à Marseille !

C’est Romain lui-même qui a fait la triste annonce sur Facebook. Depuis le 11 août, je suis en rééducation à l’UGCAM de Marseille, a-t-il écrit. Un lieu qui, comme l’indique son site internet, propose des soins de rééducation spécialisés pour les pathologies neurologiques et orthopédiques-traumatologiques.

Je suis de retour en rééducation et ce n’est pas fini, a-t-il déclaré. Mais, toujours positif, Romain ajoute : J’ai été très heureux de voir mon ami Adda Abdelli (Vestiaires sur France 2 le samedi), qui nous a fait l’honneur de venir à notre concert pour la recherche sur la sclérose en plaques. Encore merci à lui.

En effet, en 2013, Romain et sa mère ont créé l’association Sclérose en plaques, pays d’Aix, qui a pour but de récolter des fonds à travers des concerts pour aider les malades. Tout ce qu’on peut espérer maintenant, c’est que Romain se rétablisse rapidement. Et que Michèle puisse continuer à se produire sur scène, ce qui lui donne tant de joie et lui allège le cœur.

Michèle Torr : J’avais tellement mal que j’ai dû prendre de l’opium !

Dans une interview exclusive, Michèle Torr nous raconte le terrible accident de la route qui l’a conduite à l’hôpital.

Alors que l’artiste parcourt la France depuis de nombreux mois avec Âge tendre, la tournée des idoles, sa brutale hospitalisation il y a dix jours avait laissé présager le pire. Et les rumeurs d’accident vasculaire cérébral n’avaient fait qu’amplifier les craintes de son fidèle public.

Inquiets, nous avons décidé de prendre de ses nouvelles, en contactant l’interprète d’Emmène-moi danser ce soir qui, en exclusivité pour les lecteurs de France Dimanche, lève le voile sur ce qui lui est réellement arrivé.

Magazine People Act : Comment allez-vous, Michèle ?

Michèle Torr : Je vais bien, je me repose. Mais je suis contente que vous m’ayez appelée, car mes problèmes de santé ont été tellement dramatisés que j’avais vraiment envie de rétablir la vérité. Pour rassurer mes amis qui m’ont tous contacté en panique ; mes fans, bien sûr, qui m’inondent de jolis messages de soutien et d’affection depuis plusieurs jours ; et aussi les gens du métier qui, à la mention du mot AVC, deviennent soudain très nerveux et hésitent à vous engager. Mais ce n’est pas comme ça.

PAM : Alors, que vous est-il arrivé ?

Michèle Torr : En fait, tout a commencé par un accident de voiture ! Le 9 février, dans le cadre de la tournée Âge tendre, nous quittions Tours, où nous venions de donner deux beaux concerts, pour nous rendre à Châteauroux, où nous devions nous produire le lendemain. Daniel Mecca, mon régisseur, conduisait ma Mercedes, et moi, comme d’habitude, j’étais sur le siège passager, essayant de me reposer un peu entre ces deux rendez-vous très proches.

Nous roulions sur l’autoroute tout à fait normalement lorsque nous avons soudain ressenti un choc d’une violence inouïe. Notre voiture a fait une embardée, puis des zigzags. Je n’ai pas compris ce qui se passait jusqu’à ce que Daniel m’informe que nous avions percuté un sanglier. Nous nous sommes arrêtés à la prochaine aire de repos pour évaluer les dégâts.

Tout le côté droit de la voiture était très cabossé, mais le véhicule était encore praticable. Nous avons donc roulé lentement jusqu’à notre destination. Aujourd’hui, après avoir pensé que Michèle Torr était prête à partir à la casse, la voiture est toujours en réparation, et ce depuis près de trois semaines. Quant à moi, après ce terrible choc, j’ai commencé à ressentir une très forte douleur à la hanche.

PAM : Vous n’avez donc pas pu chanter à Châteauroux ?

Michèle Torr : Oui, heureusement, car pour me soulager et me permettre de monter sur scène sans trop de douleur, on m’a prescrit de l’Izalgi, un antidouleur assez fort à base de paracétamol et de poudre d’opium. Les quatre premiers jours, j’allais plus ou moins bien, je n’avais plus mal, mais je ne me sentais pas bien. Bon, quand on passe de ville en ville, d’hôtel en hôtel, on ne sait parfois plus où l’on habite. Mais le 17 février, à Lille, je ne savais pas où j’étais.

Je ne savais pas où nous étions, ni ce que je devais chanter, ni quels médicaments je devais prendre. Et comme, au même moment, ma tension artérielle montait en flèche, le médecin, craignant un accident vasculaire cérébral, m’a emmené d’urgence à l’hôpital. Cependant, après plusieurs examens (scanner, IRM), ils ont été rapidement rassurés de voir que je n’avais aucun problème à ce niveau.

Mais que j’avais visiblement une sorte d’allergie, une mauvaise réaction aux médicaments qu’on m’avait prescrits pour mes douleurs à la hanche. Et pour en avoir un peu parlé pendant mon hospitalisation, je ne suis apparemment pas le seul à avoir eu ce problème. L’infirmière qui m’a reçu savait très bien ce qui m’arrivait. Alors depuis, je n’ai rien pris ! A part un peu de Doliprane, qui ne me fait pas grand chose, je préfère éviter les médicaments pour l’instant. Et le repos.

PAM : Mais vous y arrivez ?

Michèle Torr : Oui, et ça tombe bien, car nous sommes en pause pendant quinze jours, jusqu’au 9 mars, date à laquelle nous serons à Marseille. Je suis donc actuellement à la maison, dans ma maison d’Aix-en-Provence, où je me repose vraiment. Je lis, je regarde la télévision, j’appelle mes amis, je réponds à toutes les personnes qui se sont manifestées pour me témoigner leur affection.

Tous les artistes de la tournée qui m’ont envoyé des petits mots gentils, la production aussi, Christophe Dechavanne. C’est toujours un vrai plaisir d’être ensemble et de continuer à vivre cette incroyable aventure qui, pour moi, dure depuis onze ans, il me semble. J’y ai tout de suite cru, j’ai trouvé que c’était une très bonne idée, mais je n’imaginais pas que je serais encore là. Mais c’est de plus en plus fort !

Michèle Torr

De plus en plus de gens viennent, avec la même émotion et une magie incroyable. Quant à mes projets, je suis en tournée jusqu’à fin avril avec Âge tendre, puis je retourne dans les théâtres avec mes musiciens et cet été je donne des concerts en plein air. Comme vous pouvez le constater, j’ai beaucoup de mal à décrocher, je suis faite pour ce métier. C’est ma joie, ma vie, j’en ai besoin !


Martha Levine

Tout projet incroyable commence par une étincelle et un esprit talentueux. C'est le cas pour Martha Levine, la fondatrice du site PEOPLE ACT MAGAZINE. À tout juste 41 ans, elle a eu une idée brillante en tant que femme de lancer ce projet unique sur les stars et les peoples français.