Martin Blachier l’épidémiologiste alarmiste sur la quatrième vague.

Martin Blachier

Martin Blachier se lâche ! Depuis l’annonce d’Emmanuel Macron lundi 12 juillet, les soignants doivent être vaccinés.

Le discours d’Emmanuel Macron du 12 juillet a mis une partie de la population d’accord : la spirale de la vaccination obligatoire serait lancée. D’une part, avec l’extension du pass santé qui limitera l’accès des personnes non vaccinées à certains lieux de vie, comme les restaurants et les centres commerciaux. Et d’autre part avec la vaccination obligatoire de tout le personnel de santé. Cette stratégie est critiquée par Martin Blachier, épidémiologiste, qui était l’invité de « L’Heure des Pros » sur CNews le vendredi 16 juillet. Selon lui, il n’est « pas sûr que l’on parte sur de bonnes bases ». Il explique, comme l’explique Télé-Loisirs, que les mesures annoncées par Emmanuel Macron n’étaient peut-être pas les premières à être prises : « C’est une erreur d’avoir commencé comme ça, donc on commence mal le sujet ».

Martin Blachier

Pour le médecin Martin Blachier, il aurait fallu « commencer la vaccination obligatoire par les personnes les plus fragiles » avant d’aller « un jour ou l’autre », vers « la vaccination obligatoire de toute la population pour éradiquer ce virus ». Ainsi, selon lui, il y aurait moins de réticences. D’autant plus que l’épidémiologiste rappelle que la vaccination obligatoire aurait dû être mise en place à plus grande échelle, et pas seulement en France : « En fait, les décisions politiques sont tellement liées entre elles que nous allons aller de l’avant [avec la vaccination obligatoire], mais un pays ne peut pas décider seul », explique-t-il.

L’éducation est-elle une méthode insuffisante ?

dr martin blachier

Martin Blachier est convaincu que la vaccination obligatoire sera inévitable, d’autant plus que les méthodes de prévention ne semblent pas être efficaces. La semaine dernière, Olivier Véran a tenté l’expérience avec des jeunes à l’Arène de la Défense. Après avoir discuté et rassuré sur les effets secondaires possibles, le ministre de la Santé a réussi à vacciner quelques réticents. Mais selon l’épidémiologiste, cette méthode ne permettra pas, à long terme, de vacciner suffisamment de personnes : « Pour l’instant, il y a beaucoup de gens qui disent qu’on peut y arriver par l’éducation, mais moi je dis, on verra. Parce qu’il y a un lobby anti-vax très fort, qui a beaucoup de pouvoir et de nuisance sur les réseaux. Et je crains qu’à un moment donné, nous devions être un peu plus incisifs », explique-t-il. Le passeport santé n’est-il donc que le premier pas vers la vaccination obligatoire pour tous ?

Martin Blachier : « En deux semaines, on pourrait terminer le Covid-19 ».

Depuis le début de la crise sanitaire, le Dr Martin Blachier n’a cessé de multiplier les interventions médiatiques. Après avoir demandé la fin du couvre-feu, l’épidémiologiste plaide désormais pour la mise en place d’une vaccination obligatoire. « Aujourd’hui, on pourrait en finir définitivement avec cette crise. Nous avons les doses. Si toutes les populations fragiles étaient vaccinées et si on les obligeait à se faire vacciner. Dans quinze jours, on peut en finir avec le Covid-19 », a expliqué le médecin spécialiste de la santé publique dans l’émission Les Grandes Gueules, diffusée sur RMC Story le 16 juin.

Alors que la France vient de passer le cap des 30 millions de personnes vaccinées, Martin Blachier aimerait aller plus loin. Selon les derniers sondages, 20% des Français refusent encore de se faire vacciner. Pour parvenir à une immunité collective, le gouvernement souhaiterait atteindre 90% de personnes vaccinées d’ici l’été. Ce défi pourrait être relevé en instaurant une obligation vaccinale pour les personnes les plus vulnérables, à savoir les personnes âgées et/ou celles présentant des facteurs de comorbidité.

martin blachier macron

C’est une question de maturation psychologique. Je pense qu’on va arriver à la vaccination obligatoire, mais il faut prendre la décision avant le 1er ou le 15 août, car il faut avoir le temps de vacciner toute cette population vulnérable avant la reprise de l’automne », estime Martin Blachier.

Éviter une quatrième vague

martin blachier olivier veran

L’objectif de l’épidémiologiste Martin Blachier est simple : éviter de nouvelles hospitalisations à l’automne. Pugnace, il mène désormais le combat pour la vaccination obligatoire sur tous les plateaux de télévision. Invité sur CNews le 16 juin, il a mis en garde contre le risque d’une quatrième vague. « Nous ne sommes pas encore dans un scénario où il n’y a pas de vague à l’automne », a-t-il déclaré, prédisant déjà « une bonne recirculation virale, par des gens qui n’ont pas été vaccinés ». « S’il y a des personnes vulnérables dans ce groupe, il y aura des hospitalisations massives », a-t-il ajouté, inquiet.


Antoine Berrot

Ancien bordelais exilé à Marseille, je suis fasciné par l'univers du sport et des séries TV, surtout celle de Netflix France. Pigiste et rédacteur pour plusieurs magazines peoples, Antoine est de nature curieux et il adore partager son point de vue sur tous les sujets médiatiques.