Macron : ce nouveau scandale de plusieurs millions d’euros qui risque d’empêcher sa réélection.

Un scandale a secoué la deuxième campagne électorale du candidat à la présidentielle Emmanuel Macron. Il concerne le très puissant cabinet d’influence McKinsey.

C’est peut-être LE scandale des élections présidentielles françaises, mais le rapport de Matthieu Aron met en lumière des données des plus surprenantes. Il met en lumière la relation ambiguë que le président Macron entretient avec le sulfureux cabinet de conseil McKinsey.

Un scandale de 12 milliards d’euros

Le candidat Emmanuel Macron est en première position dans les sondages, même s’il voit ses concurrents Marine Lepen et Eric Zemmour remonter peu à peu.

prime 500 euros macron

Une commission d’enquête extraite publiquement le 16 mars révèle un défaut de paiement d’impôts en France sur une période de dix ans ! C’est-à-dire de 2011 à 2020. La société McKinsey, en charge de la campagne de vaccination en France l’an dernier, a été chargée de coordonner tous les acteurs du monde médical, les clips publicitaires et le wording destiné à rassurer les futurs vaccinés.

Des intérêts politiques et financiers douteux pour Macron

Dans le dernier film de ce balbutiement 2022, Goliath, les acteurs Pierre Niney et Gilles Lelouche jouent respectivement un lobbyiste et un avocat spécialisé dans l’environnement. Le réalisateur Frédéric Tellier dépeint la difficulté de lutter contre l’influence des cabinets d’avocats sur fond de guerre contre les pesticides au niveau européen.

Brigitte Macron fortune

La commission accuse McKinsey de ne pas avoir payé d’impôts pendant dix ans. Le rapport de Matthieu Aron (interviewé par Marianne) fait le lien entre la présidence d’Emmanuel Macron et son système politique et les rouages du cabinet international McKinsey. De plus, un acteur majeur de ce cabinet serait très proche d’Emmanuel Macron, du nom de Karim Tadjeddine. La question des conflits d’intérêts pourrait se poser.

Une campagne de vaccination aux coûts exorbitants

Le problème soulevé par les sénateurs a été pris directement en main par les enquêteurs de Bercy sur Macron : McKinsey n’a payé aucun impôt en France depuis dix ans, alors que son chiffre d’affaires est établi à 330 millions d’euros.

président Macron

L’adepte du en même temps n’aurait cette fois pas nuancé son soutien au célèbre cabinet d’influence McKinsey. Choisi par le gouvernement en 2021 pour vacciner un maximum de Français dans la lutte contre le Covid-19, il disposait d’un budget de 100 millions d’euros, accompagné d’autres cabinets de conseil. Si le cabinet de conseil McKinsey est devenu si riche, c’est avant tout grâce à Emmanuel Macron.

McKinsey accusé d’évasion fiscale en France

Le géant américain, qui effectue régulièrement des missions de conseil pour l’Élysée et le gouvernement, n’a pas payé d’impôt sur les sociétés depuis dix ans.

L’un de ses cadres avait affirmé le contraire en janvier devant une commission d’enquête du Sénat. Dans leur rapport publié jeudi, les sénateurs évoquent un exemple caricatural d’optimisation fiscale.

McKinsey avait fait l’objet, début 2021, d’une vive polémique lorsque l’implication de ses consultants dans la gestion de la pandémie Covid-19 avait éclaté au grand jour. Un an plus tard, le prestigieux cabinet de conseil américain est à nouveau dans la tourmente, cette fois pour des accusations d’optimisation fiscale agressive.

The Firm, comme on l’appelle, n’a payé aucun impôt sur les sociétés en France pendant dix ans, selon le rapport de la commission d’enquête du Sénat sur les sociétés de conseil, publié jeudi 17 mars, et dont Le Monde a pris connaissance.

Cette révélation est d’autant plus embarrassante à la lumière de la déclaration de l’un de ses dirigeants lors de son audition par les sénateurs le 18 janvier : Je le dis très clairement : nous payons l’impôt sur les sociétés en France, a témoigné sous serment Karim Tadjeddine, responsable de la division secteur public de McKinsey.

Cette déclaration contredit les informations obtenues par la commission d’enquête auprès de l’administration fiscale, ce qui a conduit les sénateurs à saisir le procureur de la République du cas de M. Tadjeddine. Le faux témoignage devant une commission d’enquête est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende.

Macron

Grâce à leurs pouvoirs élargis, les sénateurs ont pu poursuivre l’enquête.

En février 2021, Le Monde avait révélé que la branche française de McKinsey opérait en fait à partir d’une structure basée dans l’État du Delaware (États-Unis), principal paradis fiscal américain pour les entreprises, caractérisé par une fiscalité nulle et une grande opacité financière. Il n’a pas été possible de détailler les mécanismes fiscaux utilisés par la société en raison du manque de transparence de ses comptes.

Grâce à leurs pouvoirs étendus, les sénateurs ont pu poursuivre l’enquête en se rendant directement à Bercy pour récupérer les documents relatifs à McKinsey & Company Inc France et McKinsey & Company SAS, les deux principales entités françaises du cabinet, pour la période 2011 à 2020.