L’acteur français Jean-Paul Belmondo meurt à l’âge de 88 ans.

L’acteur français Jean-Paul Belmondo est décédé lundi à son domicile à l’âge de 88 ans, a rapporté l’agence de presse Agence France-Presse, citant l’avocat de l’acteur.

Jean-Paul Belmondo

Icône de la modernité qui a amené la Nouvelle Vague, Jean-Paul Belmondo a tourné avec de grands cinéastes comme Godard, Truffaut et Chabrol.

Jean-Paul Belmondo était une icône de la modernité qui a amené la Nouvelle Vague, qui a tourné avec les grands de son temps, comme son découvreur Jean-Luc Godard, mais aussi avec François Truffaut, Alain Resnais, Claude Chabrol et Jean-Pierre Melville (il a fait trois films avec le maître du polar).

Jean-Paul Belmondo décès

D’autre part, l’éternel effronté, le vilain dragueur et le voyou à la française, protagoniste de superproductions destinées au grand public. Jean-Paul Belmondo aimait jouer dans ses propres séquences d’action, et que cela se voie à l’écran : des titres comme Le Magnifique, L’Incorrigible, Le Professionnel, L’Homme de Rio et Le Clan de la Marseillaise sont nés de cette facette.

Jean-Paul Belmondo mort

Dans son pays, d’ailleurs, le mythe de Jean-Paul Belmondo est lié à celui d’un autre grand de son temps, Alain Delon. Ils étaient amis, et il n’y a jamais eu de rivalité, mais plutôt une camaraderie qui les a même aidés à se nourrir l’un de l’autre dans des titres comme Borsalino et Un sur deux, après avoir coïncidé en tant que jeunes dans Une blonde dangereuse (1958), alors qu’ils débutaient tous deux.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jean-Paul Belmondo Bébel (@jeanpaulbelmondofan)

Jean-Paul Belmondo, qui avait été victime d’un accident vasculaire cérébral en 2001, est mort, selon son avocat, “en toute tranquillité”. En 2016, avec le Lion d’or d’honneur de la Mostra de Venise, il déclarait : ” Mon secret est de ne pas penser au passé. Je pense à demain. Tout au long de ma vie, je l’ai fait et j’ai tout eu. Je ne regrette rien. J’ai fait tout ce que je voulais faire et aujourd’hui j’aime ce que j’ai : la vie, le soleil et la mer”.

Le discours de Sophie Marceau ce jour-là à Venise témoigne de son indéniable charisme : il avait tourné avec elle en 1984 : “Cinquante ans de carrière et 130 millions de spectateurs font de vous une championne du box-office… et une professionnelle de l’amour”. Je me souviens quand tu m’as pris dans tes bras. Et je me souviens aussi d’Ursula Andress, de Jean Seberg, d’Anna Karina, de Catherine Deneuve, d’Annie Girardot, d’Emmanuelle Riva… Même vêtue d’une soutane, tu les as tous pris d’assaut”.

Né en 1933 à Neuilly-sur-Seine, dans la banlieue bourgeoise de Paris, Jean-Paul Belmondo est le fils d’artistes : un sculpteur d’origine italienne et une peintre qui le prenait comme modèle pour ses toiles. Mauvais élève, fan de football et boxeur professionnel dans sa jeunesse, Jean-Paul Belmondo décide de devenir acteur à l’adolescence, et fréquente donc une école privée de théâtre.

Rejeté trois fois par le Conservatoire d’Art Dramatique de Paris, il est finalement admis en 1952 et devient l’un de ses élèves les plus charismatiques. La légende veut qu’en troisième année, après une prestation devant un jury du Conservatoire, il ait eu le sentiment que son travail n’avait pas reçu la bonne note et qu’il ait quitté le jury avec un peigne. Et il est parti avant d’être expulsé, laissant derrière lui une révolte de ses camarades étudiants.

Trois ans plus tard, il croise un jeune cinéaste dans la rue. C’était Jean-Luc Godard. Il lui a demandé de tourner un court-métrage dans un petit appartement loué. “Je doutais de ses réelles intentions”, a-t-il expliqué un jour au journal Libération. “J’ai répondu que le cinéma ne m’intéressait pas du tout. Devant son insistance, elle a accepté. Ils tournent le court métrage Charlotte et fils Jules, une première collaboration qui en appellera d’autres plus célèbres, comme Au bout de l’évasion et Pierrot, le fou. Jean-Paul Belmondo obtient son premier grand rôle avec Claude Chabrol dans Une double vie (1959), avant l’explosion de La fin de l’évasion, l’année suivante.

Entre 1960 et 1961, il s’est imposé et a atteint la célébrité : il était dans tous les films, dans tous les théâtres : A todo riesgo de Claude Sautet, avec Lino Ventura, dont le visage et le style de jeu ressemblent à ceux de Jean-Paul Belmondo ; Moderato cantabile de Peter Brook, avec Jeanne Moreau dans une adaptation du roman de Marguerite Duras ; Deux femmes de Vittorio de Sica, dans sa première incursion dans le cinéma italien avec Sophia Loren comme co-star, et La rue du vice, avec Claudia Cardinale. Avec Godard, il récidive dans Une femme est une femme en 1961, et en 1965 dans Pierrot, le fou. Avec Truffaut, il a travaillé sur La sirène du Mississippi.

Jean-Paul Belmondo

Son passage d’un cinéma d’auteur à un cinéma commercial a suscité de nombreuses critiques parmi les cinéphiles dès qu’il s’est lancé dans le genre aventure avec Cartouche en 1962, et qu’il a participé à des superproductions en langue anglaise telles que Arde Paris ? et Casino Royale (bien qu’il n’ait jamais souhaité faire le saut à Hollywood).

Des décennies plus tard, Jean-Paul Belmondo a affirmé : “Lorsqu’un acteur a du succès, les gens l’accusent souvent de choisir la solution de facilité, de ne pas vouloir prendre de risques ou de ne pas faire d’efforts. Mais s’il était facile de remplir les salles, l’industrie cinématographique serait en meilleure santé financière. Je ne pense pas avoir fait des bêtises : le public n’est pas stupide et ma carrière n’aurait pas duré aussi longtemps. Il a ajouté : “Les deux côtés sont bons. Comme dans la vie, un jour on pleure et un autre jour on rit”.

Lorsque les choses ont mal tourné pour Jean-Paul Belmondo au cinéma, à la fin des années 80, il est revenu au théâtre. En 1991, il achète son propre théâtre à Paris, et joue dans une quarantaine de pièces (au cinéma, il a travaillé dans 90 films).


Sacha Fernandes

Depuis l'enfance, je suis passionnée par l'écriture et le yoga et je suis très curieux de nature surtout quand il s'agit d'actualité et de presse, je m'intéresse à tous les domaines ! J'aime aussi les nouvelles technologies et la création de sites internet, ainsi que le SEO qui me passionne, une vraie révélation pour moi il y a plus de 10 ans.