Little Planète: La vie en rose…

Rose, couleur douce, émotion maternelle, rassurante, rythmée par l’énergie naturelle de la jeunesse, la candeur l’enfance. La rose végétale et la couleur rose désignent un symbole de régénération dont l’origine sémantique est affiliée, en latin, au terme rosa. Par Marion Calviera

 

Cliquez sur une image pour activer les légendes du diaporama

 

Ros, la pluie, la rosée…

 

Rose… comme le cœur et sa raison. Les études de F. Portal induisent que le Rose intègre les symboles du premier degré de régénération de l’initiation aux mystères. Le rosier est l’image du régénéré comme la rosée incarne un symbole de régénération du corps, de l’âme et de l’esprit. Artistiquement, le rose appartient au champ chromatique regroupant des rouges lavés de blanc. Autrement dit, le rose comprend la symbolique du rouge mais dans une version plus sereine, plus douce, une version libérée des affres de la passion.

 

 

Rose… comme l’envie de plaire. Offrir une rose de la même couleur traduit l’affection, la douceur, la pudeur, ou encore la fidélité. Une rose rose célèbre la nature, la finesse de l’aube, l’esthétisme au féminin. Par ailleurs, une rose de couleur rose dévoile un pudique sentiment amoureux, plus discret, bien plus retenu que le message attribué à la rose rouge, signe de ferveur, de passion absolue. Selon une tradition occidentale, dans un bouquet, la présence d’une rose rose parmi d’autres fleurs permet d’en renforcer le message. Sa nature se distingue par une tonalité à la fois séductrice, gracieuse et tendre, révélant publiquement le début d’une affection, ou plus si affinités…

 

Cliquez sur une image pour activer les légendes du diaporama

 

 

Rose… comme l’Humanité qui respecte les essences sacrées, naturellement colorées aux vertus énergétiques et vibratoires, de l’ère tribale à la spiritualité quantique; deux périodes interdépendantes définitivement dans l’air du temps. L’édition originale 1974 du dictionnaire des symboles Seghers relate une coutume notoire, corollaire de l’émanation liée au rose, la cérémonie Rosalia, invitant les individus et les populations endeuillées à déposer des bouquets de roses sur les tombes des défunts depuis la période de l’Antiquité. Une conséquence de l’impact du symbolisme de renaissance universellement véhiculé par cette couleur.

 

Cliquez sur une image pour activer les légendes du diaporama

 

En termes d’initiation, comprendre en premier lieu, introduction aux principes ésotériques, le rose se relie naturellement au vert dans les textes sacrés ancestraux. Le vert pour le chakra du cœur mais aussi pour la nature intérieure/extérieure capable de porter l’individu au quotidien; vert comme le rayon de guéri-son, m’expliquait Gilles Delieuze, praticien énergétique, à l’occasion de notre interview exclusive pour le magazine, la semaine dernière. L’interprète de l’âme évoquait à cet effet l’importance, le rôle fondamental des fréquences vibratoires émises par chaque couleur, constituant notamment la mécanique occulte de nos centres énergétiques vitaux, reliant le corps physique à l’empreinte divine, du macrocosme au microcosme. Empreinte présente jusque dans la plus infime particule élémentaire.

En Afrique, le lagon Retba, côté Sénégal, au large de l’océan Atlantique, offre un spectacle poétique et magique sur plus de trois kilomètres, hébergeant une eau intégralement rose. Situé dans un environnement de dunes, peu profond, sa teinte unique est générée par des organismes microscopiques qui s’y développent. Les cyanobactéries produisent alors un pigment rouge pour se protéger de la concentration en sel, plus forte en période de vent sec. D’après National Geographic, plus le temps est sec, plus la teinte du lac est saturée. — Confère image centrale du diaporama ci-après:

 

Cliquez sur une image pour activer les légendes du diaporama

 

L’ouvrage La symbolique des couleurs, de F.Portal & U. Guibert, analyse les périodes de l’Antiquité, du Moyen Age, jusqu’aux Temps Modernes. Les deux auteurs y définissent les couleurs tel un outil d’expression. Un patrimoine universel né en Inde, en Chine, issu également de la Perse antique, traversant inlassablement les périodes de l’Histoire en infiltrant sur son passage cultures et religions. De tous temps, les hommes ont entretenu, vénéré ou redouté, un arc-en-ciel de couleurs — qu’Isaac Newton divisa en sept teintes: rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet. On retrouve d’ailleurs dans la spiritualité cet élément important de l’iconographie.

Des œuvres symboliques subjectives telles que Accent en rose (1926) ou Rose décisif (1932) de Wassily Kandinsky (1866-1932), par exemple, ou bien la série Concetto Spaziale, proposée dans les années 60 par Lucio Fontana (1899-1968), maitre incontesté et inclassable du Spatialisme, exploraient les voies de la mystique, de la vision interne, en vue de pressentir le dessein de l’Homme, le sens de l’Existence, grâce à l’expression expérimentale abstraite. Univers de créations intuitives, issues d’une forme-pensée contemporaine, proactive, incluant la symbolique des formes et des couleurs en tant que contenu intégral d’un message profond. Pensée(s), désir(s), couleur(s), image(s) et matière(s), incarnent étrangement la traduction d’une émanation particulière. Un lien invisible, éthérique mais bien concret, le doigt de Dieu en toute chose. — Confère images du diaporama ci-après:


 

Cliquez sur une image pour activer les légendes du diaporama

 

De l’Être au Cosmos puis du Cosmos à l’Être, l’Art témoigne de l’ascension de l’âme et de la spiritualisation de la Matière au fil des âges. Risquer la Création, ici et maintenant, consiste à ouvrir subtilement — un pied devant l’autre sur Terre mais la tête aux côtés du peuple des étoiles —, la voie d’une suggestion silencieuse, un harmonieux mouvement malléable en temps réel dont l’intention collective dirige le Tout, sans jamais faillir, vers une parfaite synchronisation de la matrice universelle (Container exponentiel du Contenant, armé de trois pouvoirs: Création, Destruction, Incréation).

Lémurie, Atlante, temples de l’ancienne Égypte, Tibet, Grèce, Rome, le Moyen Age devient, en Occident, une période de transmission du pouvoir de la Lumière (couleurs sacrées) filtrée sur de délicats, de précieux vitraux dessinant, aujourd’hui encore, l’architecture géométrique sanctifiée des grandes cathédrales gothiques. Présentes dans la plupart des Livres Sacrés, les couleurs rayonnent parmi les textes védiques, au cœur de la Bible et du Coran. En l’occurrence, les couleurs affirment une présence constante de l’importance ésotérique dans la Civilisation, elles définissent la valeur de son héritage.

 

Cliquez sur une image pour activer les légendes du diaporama

 

Marion Calviera

© PAM 2013-2018

;

 


 

Sur le même thème:

« Paradis Blanc », l’art matérialise la spiritualité
Galerie Noor Arts: L’art aborigène, traces d’une civilisation
Expo: Lucio Fontana laisse une trace à Paris
5 bonnes raisons de consulter l’Oracle des Maitres Dauphins
5 bonnes raisons d’aimer l’art de la crise grâce à Andrew Miller

 

SPACE: Maars Atacama’s Journey

PAM sur Twitter

PAM sur Facebook

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

TATTOO PLANET