La SNCF annonce une très mauvaise nouvelle pour les usagers pour 2023.

La SNCF estime que sa facture d'électricité atteindra 1,6 milliard d'euros d'ici 2023. Une augmentation des tarifs des trains n'est donc pas à exclure.

La crise énergétique touche également le secteur ferroviaire. La facture d’électricité de SNCF Voyageurs devrait passer de 1,6 à 1,7 milliard d’euros l’an prochain. C’est ce qu’a annoncé le PDG du groupe public, mercredi 14 septembre.

Face à cette flambée des prix de l’énergie et à une probable hausse des salaires due à l’inflation, le PDF de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, envisage une révision à la hausse de sa politique tarifaire à partir de 2023.

Cependant, la compagnie ferroviaire n’a pas encore décidé de l’impact que cela aura sur le prix des billets. Voici quelques explications.

La SNCF prépare le terrain

Face à l’inflation du coût de l’énergie, la SNCF, premier industriel français consommateur d’électricité, pourrait bien augmenter ses tarifs de train en 2023.

sncf train

En effet, le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, a apparemment regardé les comptes. La flambée des prix de l’énergie devrait générer un coût supplémentaire de 300 millions d’euros cette année.

Le groupe public dépensera alors 600 millions au lieu des 300 millions qu’il avait budgétés avant la guerre en Ukraine.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par SNCF (@sncf)

Malgré le système de couverture qui a permis à SNCF Voyageurs d’éviter d’acheter la majeure partie de son électricité au prix du marché, la facture va doubler pour atteindre environ 600 millions cette année, a déclaré Jean-Pierre Farandou lors d’une audition au Sénat.

Justement, le PDG de la SNCF avait anticipé en achetant son électricité avant la hausse des prix. Cette année, en 2022, le voyageur n’en subira pas les conséquences. Pas d’augmentation du prix des billets de train en 2022.

Mais en 2023, la facture devrait être plus élevée. L’année prochaine, nous sommes toujours couverts, mais un peu moins. Avec le prix actuel, nous aurions à ce stade un surcoût pour la seule électricité de 1,6 à 1,7 milliard a déclaré Jean-Pierre Farandou au Sénat mercredi.

La moitié concernera les TER et les Transiliens en Ile-de-France, et devrait être compensée par les collectivités locales. Cela fait plusieurs dizaines de millions par an pour chacune des régions, a-t-il ajouté.

L’autre moitié concernera le TGV. Si nous devions répercuter cette augmentation directement sur le prix du billet, il faudrait augmenter les billets de TGV de 10%, a expliqué Jean-Pierre Farandou.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par SNCF (@sncf)

Rien n’est encore décidé

Évidemment, la SNCF n’augmentera pas ses prix de 10%. Mais ne vous inquiétez pas, nous ne répercuterons pas 100% des coûts sur les clients, promet le PDG, qui n’exclut toutefois pas des augmentations.

sncf tgv

Est-ce qu’on va augmenter les prix ? À quel niveau ? De combien ? Cela n’a pas encore été décidé, a-t-il déclaré.

Et le PDG d’ajouter que le gouvernement suit également cette question de près. Les trains de la SNCF Voyageurs consomment environ 6 TWh d’électricité par an, soit entre 1 et 2% de la consommation nationale. Au nom du plan de sobriété, il n’y aura pas de suppressions de trains, a également souligné Jean-Pierre Farandou.

Notez que le PDG de la SNCF nous avait déjà prévenus à ce sujet en mai 2022. Le coût de l’énergie augmente. Les salaires risquent d’augmenter. Le prix des matériaux augmente. Les coûts de construction augmentent, les coûts ferroviaires augmentent.

sncf

Il est encore trop tôt pour dire si nous pourrons maintenir cette politique de prix très modérés au-delà de 2022. Nous serons peut-être obligés de répercuter une partie des coûts à partir de 2023.

Mais nous n’en sommes pas encore là, nous verrons comment les choses évoluent ! Avait, à l’époque, fait remarquer le patron de la SNCF.