Jeux en ligne: Crise… Vous avez dit crise?

Jeux en ligne: Crise… Vous avez dit crise?

 

Au sein de l’économie française, le secteur des jeux en ligne représente un montant évalué à €9 milliards dont €32 millions destinés aux caisses de l’État.

 

IMG_1484

Photo: Marion Calviera © People Act Magazine 2016

 

En France, l’introduction des machines à sous dans les casinos, à compter de 1988, stimule un accroissement fulgurant des recettes du secteur des jeux pour «rapidement» transformer ce marché — autrefois porteur — en un puissant «moteur économique» contemporain. Cerise sur le gâteau, l’univers des jeux en ligne, libéralisé depuis 2010, promet cette année encore un résultat exceptionnel.

 

Depuis 2010, la loi régule le secteur des jeux en ligne en exigeant la distribution d’une licence. Focus sur l’évolution du marché avec casino.com, filiale du groupe Mansion, règlementée par la loi de Gibraltar, un système juridique de jeux en ligne strictement reconnu pour ces normes rigoureuses. «Je voudrais que l’on vienne jouer aux dés sur ma tombe, j’ai trop aimé ce bruit», déclarait Jules Mazarin (1602-1661), prélat et homme d’État français. En 2014, les chiffres attestent d’un véritable emballement national pour la machine soit 89.2% des recettes contre 35.9% en 1989, informe une estimation du portail de l’Économie et des Finances du gouvernement.

 

Expérimenter le hasard

«Jouer, c’est expérimenter le hasard», écrivait Novalis, poète allemand. Parmi les plate-formes numériques de jeux les plus prolifiques, casino.com suggère «un dépôt limité de 10€ à 25000€» — comportant également «une limite maximum par transaction». Si les points de fidélité additionnels s’affichent virtuellement, la valeur de ces gains commerciaux peut néanmoins s’échanger contre monnaie réelle. Gros jackpots et plus grande sélection de jeux du marché, la direction s’engage avec un objectif essentiel: «offrir un casino sûr et sécurisé aux joueurs» via «des procédés d’encryptage de 128 bit». La priorité consistant à veiller en «une sécurisation de données pleinement protégées et confidentielles».

 

Crise… vous avez dit crise ?

Entre 1995 et 2015, les chiffres publiés par le gouvernement démontrent que «l’industrie du jeu n’a cessé de prospérer pour atteindre un chiffre d’affaires total avoisinant €45 milliards». L’Observatoire des jeux en ligne — annoncé dans la loi du 12 mai 2010 puis créé par décret le 9 mars 2011 — publiait, en 2014, un résultat de huit milliards d’euros autour des activités financières des opérateurs en ligne. Sans conteste, le Poker (mise cash-game et tournoi), s’impose comme pari le plus attractif en ligne, regroupant 70.1% du total des mises, déclare le ministère de l’Intérieur. Un marché qui «pèse très lourd», précise une source CIREM, révélant un CA «stationnaire» voire «en baisse», évalué à près de €6.2 milliards, en 2012. — «Sur le résultat d’exploitation de mises».

 

Joueurs réguliers ?

Généralement, la plupart des casinos en ligne ou «jeux de cercles» invitent à de nombreuses stratégies personnelles pour «se fixer des règles individuelles», «limiter» ou «réguler», le plafond des dépenses. Il est préférable de suivre les conseils proposés dès l’inscription, attestent les aficionados de la discipline. Ce qui correspond à «tirer avantage» du dépôt aussi bien que des points de fidélité possiblement cumulés.

 

Marion Calviera
© PAM 2016

 

En savoir +

L’industrie du jeu: évolution du CA

(1995-2015)

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

SPACE: Maars Atacama’s Journey

PAM sur Twitter

PAM sur Facebook

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

TATTOO PLANET