Jean-Jacques Goldman énervé, il envoie un message hallucinant !

Jean-Jacques Goldman fait entendre sa voix ! Il est en colère contre l’amendement qui sera bientôt discuté à l’Assemblée nationale.

Le 30 mai 2021, Jean-Jacques Goldman a signé une chronique dans le Journal du Dimanche. Le chanteur entend défendre un salaire pour copie privée.

Car l’Assemblée nationale débattra bientôt de la prochaine loi sur l’empreinte numérique de l’environnement qui pourrait tout remettre en cause. Elle aura lieu le 10 juin 2021. Jean-Jacques Goldman rejette un amendement qui “affaiblirait le monde culturel encore plus touché par la crise sanitaire”. Pas seulement lui ! Plus de 1660 autres artistes ont en fait signé la même plateforme.

Jean-Jacques Goldman chanson

D’ordinaire très discret, Jean-Jacques Goldman sort désormais de l’ombre. Parce qu’il prend le sujet très au sérieux. Jean-Jacques Goldman est considéré comme un dieu par de nombreux fans. Auteur, compositeur, interprète et producteur, cet artiste fidélise le public depuis plusieurs décennies et depuis plusieurs générations. Il compose des musiques de films, parraine de nombreuses associations et écrit pour de nombreux autres artistes. Bref, Jean-Jacques Goldman est omniprésent.

Jean-Jacques Goldman : L’heure de la passation.

Goldman

Ce monstre musical a aujourd’hui 68 ans. Maintenant, Jean-Jacques Goldman veut y retourner. Il a notamment choisi de ne plus s’engager dans les Enfoirés. Cette décision a attristé beaucoup. « A 65 ans et après trente ans de Bastards, je pense qu’il est temps de baisser les bras. Je n’ai plus la créativité, les idées et la modernité qu’exige un tel spectacle », déclarait-il en octobre 2016.

Ses admirateurs étaient très tristes. Parce que c’était l’une des rares occasions de le revoir. Chaque année, ces derniers étaient bien sûrs de le retrouver dans l’émission des Enfoirés pour Resto du cœur. Ce n’est plus le cas. L’artiste préfère laisser la place à une nouvelle génération. De plus, un choix très louable.

Jean-Jacques Goldman les enfoirés

“Vivons heureux, vivons cachés”, c’est ainsi que Jean-Jacques Goldman et son épouse Nathalie Thu Huong-Lagier résument la vie privée. Cette dernière a séparé sa vie de 1995. Il l’a épousée en 2001 après plusieurs années de mariage.

Deux tourtereaux ont réussi à éviter les paparazzi.

Il y en a très peu ou pas dans la presse. Au fil des années, Nathalie a entretenu une amitié avec son idole. Ils ont échangé des lettres. Puis l’histoire d’amour est née. Un jour, Jean-Jacques Goldman décide de quitter Paris et de vivre avec sa bien-aimée dans le sud de la France, à Marseille.

Jean-Jacques Goldman

Ils ont trois filles : Maya, Kimi et Rose

Le couple décide de fonder une famille. Trois enfants naissent à plusieurs années d’intervalle. Ils saluent d’abord la petite Maya, née en 2004. Puis ce fut le tour de Kimi en 2005. Finalement, Nathalie donne naissance à Rose, née en 2007. Jean-Jacques Goldman a également trois autres enfants : Caroline, Michaël et Nina. Leur mère est Catherine Morlet, dont la chanteuse a divorcé en 1997, deux ans après avoir rencontré Nathalie.

Une des grandes particularités de Nathalie est sa passion pour les mathématiques. Cette grande mère a obtenu une agrégation en maths en 2007 ! A la rédaction du site People Act Magazine, nous la félicitons pour ce succès ! Elle a même obtenu sa thèse plus tard.

Jean-Jacques Goldman : “Il faut choisir : écologie ou culture.”

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Alfredo Pacino (@del_pacino)

Quand il s’agit de la plateforme signée Jean-Jacques Goldman, celle-ci est on ne peut plus univoque. « L’argent récolté chaque année par la copie privée sert à soutenir 12 000 événements culturels. 64% des festivals de musique sont partiellement financés par ce mécanisme. Deux cent mille auteurs, écrivains, cinéastes, plasticiens, photographes, scénaristes, auteurs, réalisateurs, dramaturges, et même compositeurs sont soutenus dans leur travail.

Mais oui, les vendeurs de produits reconditionnés refusent de participer à ce système vertueux. Leur argument est le dicton : « Nous sommes en faveur de l’écologie, nous sommes en faveur d’une économie circulaire, et nous ne pouvons pas respecter les principes européens du droit d’auteur en participant au financement de la vie culturelle de notre pays. Il faut choisir : l’écologie ou la culture.” on peut lire sur ce forum.

Les artistes ne veulent pas perdre leurs droits à rémunération pour copie privée. Ils veulent avertir le gouvernement. “Nous ne laisserons pas détruire l’un des piliers de financement de notre travail, que les grandes plateformes numériques accumulent plus de milliards au détriment du plus grand nombre.”

Parmi les signataires célèbres on peut citer : Abd Al Malika, Jean-Louis Aubert, Nathalie Baye, Bénabar, Sandrine Bonnaire, Dany Boon, Matthieu Chedid, Julien Clerc, François Cluzet, Gims, Vianney et Zazie.