Gad Elmaleh : Un cancer foudroyant, son douloureux message !

Gad Elmaleh mal ! Son talent a été révélé au grand public grâce à sa prestation dans la comédie musicale Les Dix commandements mais aussi et surtout grâce à un tube indémodable L'Envie d'aimer, écrit pour lui par Pascal Obispo et sorti en 2000.

L’humoriste et acteur Gad Elmaleh est en deuil depuis qu’il a appris la terrible nouvelle et a tenu à dire au revoir à son ami sur Instagram.

L’artiste brillant et discret s’est malheureusement éteint le samedi 6 août à l’âge de 60 ans, après trois ans de lutte contre un cancer du côlon qui l’a finalement emporté. Une récente opération de la dernière chance n’a pas suffi à le sauver du crabe fatal révèle Gad Elmaleh.

Si cette triste nouvelle, annoncée par son épouse, Sandrine Aboukrat, qui est restée jusqu’au bout à son chevet avec leur petite fille, née en juillet 2022, n’est pas une surprise, le chanteur étant apparu amaigri et affaibli par la maladie ces derniers temps, elle n’en est pas moins un coup dur pour tous ceux qui l’aimaient. Et Dieu sait qu’ils étaient nombreux ! Parmi toutes les voix qui ont rendu hommage à leur cher disparu, de Cyril Hanouna à Maxime Guény, il en est une dont les mots résonnent sans doute un peu plus fort que les autres.

theatre gad elmaleh philippe lellouche

Très proche de l’artiste, le comédien et humoriste Gad Elmaleh, très ému, a dit au revoir à sa manière à son camarade de toujours, avec toute la sensibilité dont il est capable, célébrant à la fois son grand cœur et son immense talent : Daniel Lévi nous a quittés. Mon frère Laazizzzz comme on s’appelait. Une voix.

Quelle voix ! Douceur, puissance, groove, émotion, pudeur, profondeur, humilité. Tu as souri avec embarras quand je t’ai dit que vous étiez très peu nombreux dans le monde entier à nous donner de la chair à ampoule. Nous avons parlé de musique, de famille, de Dieu. Et à chaque fois, c’est une réflexion profonde et humble que tu m’apportais. Ta voix, tes mains sur le clavier, tes mots, tes pensées, tes rires, ton sourire. Je les garde dans mon cœur pour toujours. Repose en paix Laazizzzz. Nous ne pouvons qu’espérer que son dernier message soit entendu.

Daniel Lévi mort

Gad Elmaleh : J’ai atteint un stade de ma vie où je ne crains plus les réactions.

Oui, c’est la preuve de la maturité. Il l’a dit lui-même. Et non, il ne prendra pas de gants pour parler de sujets très sérieux. Car Gad Elmaleh ne craint plus le regard, la critique ou le jugement des autres. Bien sûr, le fait d’avoir 51 ans lui donne cette nouvelle liberté. Mais c’est aussi parce que l’humoriste a eu envie de parler de lui plus intimement. Je ne parle pas de choses nouvelles, mais j’en parle différemment, dit-il.

La vérité, rien que la vérité

Son spectacle, intitulé « D’ailleurs » et présenté lundi prochain 19 septembre à l’Eventim Apollo, est autobiographique. Gad Elmaleh y aborde des thèmes comme la paternité (il est père de deux enfants, dont le dernier est né de son union avec la princesse Charlotte Casiraghi, fille de Caroline de Monaco et petite-fille de Grace Kelly), son entrée dans une famille princière, la religion, ses débuts et ses premiers spectacles donnés à sa grand-mère, la mort, la maladie, son expérience aux Etats-Unis.

La vérité et rien que la vérité : c’est un Gad Elmaleh sans fard que le public va pouvoir découvrir. Je suis arrivé à un stade de ma vie où je ne crains plus les réactions. Avant, j’arrondissais un peu les angles, je me cachais derrière des personnages, confie l’humoriste, mais là, j’avais envie de faire un spectacle plus intime, de tout dire sans me cacher. C’est la maturité et je l’assume.

Mais ce n’est pas parce qu’il va parler de sujets graves, qu’il va le faire sur un ton sérieux. Car Gad Elmaleh reste un humoriste hors pair, heureux d’être de retour à Londres. Là même où l’écriture de « D’ailleurs » a commencé. C’est en effet dans la capitale anglaise qu’il y avait travaillé en mars 2020, à un moment, se souvient-il, compliqué, juste avant la mise en place du premier confinement.

Je m’étais installé au théâtre de Leicester Square pour quelques nuits. C’était vraiment comme une petite résidence, je ne me suis pas mis trop de pression. Il lui est alors apparu évident d’inclure Londres dans sa tournée, qui s’est déroulée à guichets fermés dans toute la France. C’est comme si la boucle était bouclée, s’amuse-t-il.

Gad Elmaleh scandale

Retour à Londres, la ville qu’il aime

Londres est une ville que Gad Elmaleh affectionne particulièrement. Malgré sa proximité géographique avec la France, il ressent un dépaysement à chaque fois qu’il y vient. Cette ville a une énergie différente, commente-t-il, c’est une autre culture, qui a une vraie tradition d’humour, de comedy clubs.

D’ailleurs, ajoute-t-il, s’il se rend dans la capitale anglaise, c’est souvent pour voir des amis, mais aussi des spectacles. Pour lui, la communauté française qui y vit est une communauté dynamique. Ce n’est pas nostalgique, est-ce à cause de la proximité de la France ? Peut-être. Il dit adorer les Français de Londres, toujours prêts à essayer quelque chose de nouveau.

Et il est impatient de les revoir. La scène lui a cruellement manqué pendant ces mois compliqués de crise sanitaire. Mais ce n’était pas seulement parce qu’il ne pouvait plus jouer et faire rire les gens. Cela allait bien au-delà de ça. J’étais au concert de la chanteuse Isabelle Boulay il y a quelques jours. Elle a dit au public que pendant le lockdown, ce qui lui manquait le plus, c’était de ne pas pouvoir chanter.

Elle a regretté de ne pas pouvoir donner. C’est exactement ce que c’était. Et ça n’a rien à voir avec un sentimentalisme bidon. La mission d’un artiste, son ADN, c’est de monter sur scène pour donner. Dans chaque spectacle, il y a cette émotion, quelque chose d’intense et d’émouvant. Et j’ai toujours aimé ces moments de retrouvailles.

Le doute est un véritable moteur.

Remonter sur scène et devant un public est une chose. Mais comment continuer à faire rire tous les publics, après 25 ans de scène et 50 ans d’âge ? La clé du succès pour Gad Elmaleh réside dans sa capacité à s’intéresser aux nouvelles générations. Si un humoriste n’est pas en contact avec les jeunes, alors il perd de sa substance, il risque d’être déconnecté, d’être en décalage avec le public.

Cependant, il n’est pas question de changer sa personnalité, juste son état d’esprit pour s’adapter. En tant qu’artiste, il y a toujours la peur de devenir un has been, de faire le spectacle de trop, ajoute l’artiste. Mais le doute est un vrai moteur. Et puis, quand on est comédien, on ne peut pas l’être toute sa vie.

Gad Elmaleh

Reste à savoir l’accepter en orientant son énergie vers d’autres projets comme la transmission de son savoir via des collaborations avec de jeunes humoristes, ou en multipliant les perspectives au cinéma ou dans l’écriture de scénarios. Ce que fait aujourd’hui Gad Elmaleh, artiste aux multiples talents (il sait très bien chanter), lui qui a par exemple prêté sa voix à Gru pendant plus de dix ans dans les films d’animation de la saga Moi, moche et méchant.

Cependant, le natif de Casablanca ne se retient sur rien. On a toujours le désir d’adrénaline et si à 60 ans, j’ai encore envie de faire des blagues, et que je suis assez vif pour ça, alors pourquoi pas ?.

Si Gad Elmaleh est souvent cité parmi les humoristes préférés des Français, c’est sans doute pour cela : sa capacité à vouloir être le plus vrai possible. Mon inspiration vient de la vie réelle. Par exemple, lorsque je parle de mon expérience à Hollywood, j’explique comment, lorsque je rencontrais de grandes stars, je pouvais me sentir comme un loser dans certaines situations. Parce qu’en réalité, nous sommes tous le geek de quelqu’un.