Françoise Hardy : sa folle demande à son médecin dévoilée.

La famille Dutronc a une histoire similaire. Malheureusement, les nouvelles de cette famille ne sont pas très bonnes ! En effet, François Hardy aurait toujours de sérieux problèmes de santé, à tel point qu’elle a même avoué sentir la mort approcher. Une terrible épreuve pour toute la famille.

Françoise Hardy

Françoise Hardy se confie à son médecin ! En ce moment, les nouvelles ne sont pas forcément bonnes pour la famille Dutronc.

En ce moment, les nouvelles ne sont pas forcément bonnes pour la famille Dutronc et Françoise Hardy, comme nous venons de le rapporter. Il y a quelques semaines, Françoise Hardy nous apprenait que son mari, Jacques Dutronc, avait subi une lourde opération suite à une maladie qui a touché ses os il y a un an.

Françoise Hardy malade

Quand on parle des plus grandes familles françaises en termes d’artistes, on peut penser à la famille Gainsbourg. Tout a commencé avec Serge Gainsbourg, l’une des plus grandes stars de la musique française. Mais il finit par épouser l’une des plus grandes stars du cinéma, Jane Birkin.

De leur union est née Charlotte Gainsbourg, qui est aujourd’hui également l’une des plus grandes stars du cinéma français.

D’ailleurs, elle sortira bientôt un film sur sa mère, Jane Birkin. Mais ce n’est pas la seule famille qui est également bien placée dans ce classement.

Francoise Hardy cancer

Même si l’opération s’est bien passée, il est toujours en convalescence, même si son fils a récemment donné des nouvelles rassurantes en annonçant qu’il partirait bientôt en tournée avec son père.

Mais la situation semble être un peu plus délicate pour Françoise Hardy qui se bat toujours contre une récidive de ses cancers. Des cancers qu’elle combat sans relâche depuis plusieurs années maintenant.

Elle est d’ailleurs revenue sur une époque où elle avait baissé les bras.

Françoise Hardy age

A l’époque, Françoise Hardy souffrait le martyre et il lui avait été proposé de refaire une chimiothérapie dans l’espoir que sa situation s’améliore.

Mais la chanteuse n’est pas d’humeur à cela. A bout de nerfs, elle demande au médecin d’abréger ses souffrances. Il a refusé parce qu’il n’avait pas le droit de le faire, et elle comprend maintenant son geste.

En effet, Françoise Hardy voit que s’il avait fait ce qu’elle lui demandait, il aurait eu de gros problèmes.

Françoise Hardy jeune

Cependant, l’opinion de Françoise Hardy sur le droit de mettre fin à ses souffrances est déjà faite.

En effet, elle qui s’est battue pendant de nombreuses années contre le cancer estime que les gens devraient avoir le droit d’arrêter de souffrir et de se laisser aller quand ils le souhaitent.

Elle rejoint ainsi un débat qui dure depuis de nombreuses années !

Françoise Hardy euthanasie

Les dernières confidences de Françoise Hardy : l’enfer de la maladie et l’amour de sa vie.

Françoise Hardy a récemment accordé une série d’interviews à la presse, dont une à l’AFP à propos de son nouveau livre « Chansons sur toi et nous » où elle parle de sa carrière et de son lien indestructible avec Jacques Dutronc.

Et une seconde à Femme Actuelle, il y a quelques jours, sur l’enfer de sa maladie.

Françoise Hardy médecin

L’enfer de la vie.

Elle a raconté à Femme Actuelle les effets cauchemardesques des traitements par radio et immunothérapie qu’elle subit depuis trois ans pour sa tumeur et son cancer du pharynx.

Je n’ai plus rien qui fonctionne normalement depuis ces thérapies et mes nuits sont pires que mes jours. Il y a toujours pire que ce dont on souffre soi-même, mais ce n’est pas une consolation, a-t-elle confié au magazine.

Évoquant la peur d’être un jour euthanasiée, elle a ajouté : J’ai aussi peur de l’immense chagrin que représente cette forme de séparation avec les personnes que l’on aime le plus au monde qu’est la mort.

L’amour de sa vie.

Deux mois plus tôt, la chanteuse avait accordé une interview à l’AFP pour son livre « Chansons sur toi et nous » (publié aux éditions des Equateurs).

Françoise Hardy y évoquait le lien indestructible qu’elle partage avec Jacques Dutronc, qui lui inspire ses plus belles chansons sur un amour tourmenté. Elle parle également de sa carrière et de sa vie d’artiste.

Vos meilleures chansons sont autobiographiques. Vous ont-elles apaisée ?

Françoise Hardy : Cela m’a fait beaucoup de bien de mettre en mots les frustrations et les douleurs de ma vie personnelle, mais c’était aussi un message aussi beau et émouvant que je pouvais donner à l’objet de mes tourments.

L’album concept « Entracte » est entièrement adressé à Jacques Dutronc pour le « réveiller un peu » à votre sujet. Diriez-vous que c’était follement romantique ?

« J’ai toujours été sentimental, romantique avant tout, et c’est la musique et la littérature romantiques qui m’intéressent et me touchent le plus.

C’était comme une bouteille à la mer, une bouteille à l’amer ?

« Je n’aime pas l’idée d’amertume ! Françoise Hardy espérait juste rendre l’autre gars un peu jaloux, sans savoir qu’il n’écoutait pas mes chansons.

Quand je relis les textes de cet album, je suis encore surpris que, ne le connaissant pas si bien, j’ai compris certaines de ses dissociations et certains de ses besoins, qui sont ceux d’une majorité d’hommes.

Comment décririez-vous aujourd’hui votre relation avec Jacques Dutronc (qui a refait sa vie en Corse, ndlr) ?

Nostalgie de nos plus belles années, inquiétude quant à nos états de santé respectifs, infinie tendresse.

Il était, et est toujours, l’homme de ma vie et notre lien semble indestructible. Dans mon album « L’amour fou » et dans le dernier, deux chansons lui sont adressées : « Rendez-vous dans une autre vie » et « Personne d’autre ».

Votre fils Thomas fait désormais partie intégrante de la scène musicale.

Françoise Hardy ! Je suis en admiration devant Thomas. A 18 ans, son avenir était tout tracé en maths sup, car il était très doué dans ce domaine, mais il a choisi une autre voie que rien ne laissait présager.

Il s’est passionné pour la guitare à cet âge tardif et tout le travail qu’il a fait pour progresser, entre autres, le courage qu’il lui a fallu pour rencontrer les meilleurs guitaristes manouches, en particulier Bireli Lagrène, sont étonnants.

En plus de son talent, c’est quelqu’un de tellement sensible, aimant, délicat. Jacques et moi avons eu beaucoup de chance d’être ses parents.

Pour revenir à vos débuts, on vous a demandé de choisir entre la guitare et un transistor comme cadeau après votre baccalauréat.

Ce choix a été déterminant pour le reste de ma vie, mais il était étrange : l’idée de jouer de la guitare, de composer et de chanter ne m’avait pas effleuré, ne m’avait pas effleuré. Au fil du temps, j’ai pensé que ce choix m’avait été dicté d’en haut !

Françoise Hardy ! Le manque de confiance en soi, hérité du regard de votre grand-mère, traverse le livre.

Pourtant, les compliments sur votre travail, de Serge Gainsbourg par exemple, auraient pu changer la donne.

J’ai toujours eu la bonne habitude de me référer à des personnes plus talentueuses que moi, ce qui a au moins le mérite de m’inciter à rester humble.

« Le compliment de Serge m’est allé droit au cœur car il concernait une chanson particulière, « Je suis de trop ici », que peu de gens connaissent et qui exprime la grande souffrance que l’on ressent quand on voit que celui que l’on aime est attiré ailleurs.

Il est impossible de terminer sans prendre des nouvelles, comment allez-vous ?

Ma vie est devenue un cauchemar selon Françoise Hardy, mais il vaut mieux ne pas trop en parler.

Un retour à la chanson, sur disque, est-il inconcevable pour vous Françoise Hardy ?

Absolument. Grâce à 45 séances de radiothérapie, je suis devenu sourd d’une oreille, je n’ai plus de salive, mes fosses nasales ne sont plus irriguées et mon fond de gorge non plus, avec tous les problèmes respiratoires, hémorragiques et alimentaires que cela entraîne depuis deux ans.

Françoise Hardy

Le débat sur l’euthanasie n’a pas abouti, qu’en pensez-vous ?

Françoise Hardy est indigné que la France soit tellement plus arriérée que l’Espagne et le Portugal, des pays tout aussi voire plus catholiques que le nôtre.

Laisser une personne atteinte d’une maladie incurable souffrir de manière insupportable jusqu’à sa mort est inhumain. Et ne me parlez même pas des soins palliatifs.

Si un condamné souffre trop, sans espoir de souffrir moins, et souhaite que ses souffrances soient abrégées, le moins que l’on puisse faire est de répondre à sa demande.

Honte aux députés qui ont tout fait pour empêcher le projet de légalisation de l’euthanasie d’aboutir !


Martha Levine

Tout projet incroyable commence par une étincelle et un esprit talentueux. C'est le cas pour Martha Levine, la fondatrice du site PEOPLE ACT MAGAZINE. À tout juste 41 ans, elle a eu une idée brillante en tant que femme de lancer ce projet unique sur les stars et les peoples français.