Economiser jusqu’à 700 euros sur vos factures d’énergie avec cette astuce simple et facile !

Les appareils ménagers et les équipements électriques ont parfois tendance à consommer beaucoup d'énergie. Pourtant, il existe des moyens d'économiser au quotidien, tant pour la planète que pour votre facture d'électricité, directement chez vous. De petits changements simples peuvent avoir de réels bénéfices sur le long terme.

Il existe quelques astuces simples pour réduire votre facture énergétique. Vous pouvez ainsi économiser plus de 700 euros d’énergie.

Que vous cherchiez à vous mettre au vert ou à économiser de l’argent, apporter des changements à votre maison peut avoir un impact sur votre cadre de vie. Beaucoup de gens oublient ou ne le savent pas, mais changer les ampoules de toutes les pièces de votre maison peut faire une grande différence.

Economiser énergie

Un geste simple qui nécessite un changement

Certaines ampoules trop gourmandes en énergie, installées chez vous sans que vous y prêtiez attention, peuvent rapidement se traduire par une facture énergétique importante à la fin de l’année.

Il est également fortement conseillé de dépoussiérer vos ampoules et d’optimiser l’ensoleillement de votre espace de vie en disposant vos meubles (pour ceux qui le peuvent), et de débrancher vos appareils électroniques lorsque vous ne les utilisez plus.

Quel type d’ampoule dois-je choisir ?

Parmi la multitude d’ampoules qui existent sur le marché français et même international, il est difficile de savoir quelle ampoule changer, en fonction de l’usage d’éclairage dont vous avez besoin. Faut-il changer ses ampoules traditionnelles pour des LED ou des fluocompactes ? Nous allons vous le dire.

Les ampoules les plus économes en énergie sont appelées fluocompactes, ou simplement ampoules à économie d’énergie.

Elles offrent un bon éclairage, comme l’indique Santéplusmag, et permettent de réaliser d’importantes économies sur les factures d’énergie et sont respectueuses de l’environnement. Elles consomment jusqu’à cinq fois moins d’énergie que les anciennes ampoules, même si elles mettent un peu de temps à atteindre leur pleine puissance.

Malgré ces avantages évidents, les ampoules LED sont les plus économes en énergie. Elles ont un impact très faible sur la planète, car elles ne contiennent ni mercure ni substances toxiques. Elles peuvent être recyclées et sont aussi légèrement plus chères que les fluocompactes.

TotalEnergies, EDF et Engie appellent les Français à consommer moins d’énergie

La meilleure énergie est celle que l’on ne consomme pas, affirment Patrick Pouyanné (TotalEnergies), Jean-Bernard Levy (EDF) et Catherine MacGregor (Engie), qui appellent à une prise de conscience et à des actions collectives et individuelles.

Ils se livrent à une guerre économique et commerciale sans merci. Mais face à la gravité de la crise énergétique que traversent la France et l’Europe, Catherine MacGregor, PDG d’Engie, et les PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, et de TotalEnergies, Patrick Pouyanné, ont décidé de tirer ensemble la sonnette d’alarme dans une rare déclaration commune.

Nous appelons à la prise de conscience et à l’action collective et individuelle pour que chacun d’entre nous chaque consommateur, chaque entreprise modifie son comportement et limite immédiatement sa consommation d’énergie, électricité, gaz et produits pétroliers, écrivent-ils dans un article publié dans le Journal du dimanche, dont Catherine MacGregor est, selon nos informations, à l’origine.

Il est inhabituel que les entreprises énergétiques appellent à consommer moins de ce qu’elles produisent. Mais l’Europe manque d’énergie. Depuis plusieurs mois, la Russie réduit ses exportations de gaz pour faire pression sur les pays européens afin de les dissuader de venir en aide à l’Ukraine. Avant la guerre, la Russie couvrait 40% de la consommation européenne de gaz (environ 20% pour la France).

Pour aggraver la situation, la production d’énergie nucléaire a été fortement réduite par une série de défaillances qui a mis douze réacteurs à l’arrêt pour une durée indéterminée, et la sécheresse a empêché le remplissage des barrages hydroélectriques.

Gaz insuffisant, énergie nucléaire et hydroélectricité en berne : cette triade pourrait entraîner des coupures de courant contrôlées pendant la saison froide, ainsi que des interruptions de l’approvisionnement en gaz des grands sites industriels. Ce qui n’est pas pour déplaire au président Emmanuel Macron, qui avait promis début juin qu’il n’y a aucun risque de coupure d’électricité cet hiver.

Chaque geste compte

La flambée des prix de l’énergie qui résulte de ces difficultés menace notre cohésion sociale et politique et impacte trop lourdement le pouvoir d’achat des familles, notent les dirigeants dans leur tribune. La meilleure énergie est celle que l’on ne consomme pas. Les trois grands patrons veulent lancer un grand programme d’efficacité énergétique et une chasse nationale au gaspillage.

Le temps presse, disent-ils. Agir cet été nous permettra d’être mieux préparés pour affronter l’hiver prochain et notamment pour préserver nos réserves de gaz. L’effort doit être immédiat, collectif et massif. Chaque action compte. Une source au sein d’un grand groupe insiste : C’est un appel à une mobilisation générale pour la sobriété énergétique, le plus rapidement possible. En effet, le parc nucléaire d’EDF produisant beaucoup moins que d’habitude, la France fait tourner ses centrales à gaz aussi rarement qu’en cette saison. Chaque kilowattheure d’électricité économisé aujourd’hui permettrait d’économiser 2 kilowattheures de gaz.

Je salue cette position commune des grands patrons de l’énergie, a tweeté dimanche la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, qui a ouvert une grande concertation pour anticiper les difficultés hivernales. Le gouvernement a lancé jeudi un grand appel à l’État et aux grands opérateurs privés pour activer un plan d’action pour la sobriété énergétique. L’objectif est de réduire la consommation de 10% en deux ans.

Une situation très tendue

Cependant, et au grand dam des acteurs de l’énergie, l’exécutif refuse, à ce stade, de mobiliser la population pour faire des économies.

Il est anormal que ce soit les grands leaders du secteur qui sonnent la mobilisation générale et non le gouvernement comme en Allemagne la semaine dernière, réagit un connaisseur du monde de l’énergie. Certaines ONG et syndicats, comme la CFDT, réclament un plan d’économies d’énergie de la même ampleur que celui mis en place lors du premier choc pétrolier en 1973.

Depuis plusieurs semaines, la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC) et l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) sont prêtes à lancer une campagne publique.

énergie

Mais l’exécutif ne veut pas la lancer avant l’automne. C’est maintenant qu’il s’agit de remplir les stockages souterrains de gaz, insiste Julien Gorintin, directeur des données et de l’innovation chez Lite, une société de gestion de l’énergie.

Tout ce que nous consommons aujourd’hui, c’est autant que nous n’aurons pas l’hiver prochain, quand nous en aurons le plus besoin.

Signe que la situation est très tendue, le gouvernement envisage de rouvrir temporairement la centrale à charbon de Saint-Avold (Moselle) pour faire face aux pics de consommation hivernaux.