Emmanuel Macron en colère, un sms privé du chef de l’état fuite !

La crise des sous-marins avec l’Australie vient de revenir sur le devant de la scène. Alors qu’il se trouvait à Glasgow, en Écosse, pour le lancement de la COP26, Emmanuel Macron a appris une bien fâcheuse nouvelle.

Emmanuel Macron

Comme le rapporte Ton Mag dans son édition du mardi 2 novembre, un SMS privé du chef de l’État Emmanuel Macron a fuité dans la presse australienne, plus précisément dans le Daily Telegraph.

Cela a encore envenimé les relations entre la France et l’Australie.

Dans ce SMS d’Emmanuel Macron, envoyé seulement deux jours avant la rupture du « contrat du siècle », le locataire de l’Élysée demande, en anglais, de faire le point avec le Premier ministre australien, Scott Morrison. Dois-je m’attendre à une bonne ou une mauvaise nouvelle pour nos ambitions communes en matière de sous-marins ? ». Furieux, l’Élysée n’a pas démenti l’authenticité du message.

Divulguer le SMS d’un échange entre chefs d’État ou de gouvernement est une méthode assez inélégante et particulière. Le président de la République ne divulguerait jamais ce genre de communication. Et ce n’est pas de nature à améliorer les relations entre la France et l’Australie, a déclaré le Palais au célèbre quotidien.

Emmanuel Macron accuse Scott Morrisson de mentir

Avec cette déclaration, l’Élysée accuse directement les responsables australiens d’avoir divulgué le contenu de ce SMS, en pleine crise diplomatique. De quoi envenimer un peu plus la situation… Répondant à la presse lundi, Emmanuel Macron avait en effet affirmé que Scott Morrison lui avait menti sur ce dossier et son annulation. Cette version est démentie par les autorités australiennes, qui assurent que l’Élysée était au contraire conscient que l’accord allait s’effondrer.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Emmanuel Macron (@emmanuelmacron)

C’est ce que le Daily Telegraph veut prouver en révélant ce SMS. Mais pour l’Elysée, il montre simplement que le chef de l’Etat ne savait pas où en étaient les discussions si près de la rupture du contrat. Interrogé par ABC lundi soir sur la source de la fuite et l’authenticité du SMS, le Premier ministre australien n’a ni démenti ni confirmé, disant ne pas vouloir se laisser aller sur le sujet.

Emmanuel Macron promet 500 euros pour les jeunes sans éducation ni formation

Elle est considérée comme la dernière grande mesure sociale du mandat d’Emmanuel Macron. Mardi matin, le président français a annoncé une allocation d’environ 500 euros pour les jeunes sans ressources ni perspectives. Ce type de revenu minimum pour les jeunes s’adressera à tous ceux qui vivent en France, âgés de 16 à 25 ans, et qui ne travaillent pas et ne suivent ni université ni formation professionnelle. Elle entrera en vigueur le 1er mars prochain, soit près d’un mois avant les élections présidentielles d’avril 2022.

À partir de cette date, tous ceux qui s’inscriront dans ce dispositif bénéficieront de 15 à 20 heures de conseil par semaine pour découvrir un stage, se former ou trouver un stage ou un emploi, a déclaré Emmanuel Macron dans une vidéo publiée ce matin sur son compte Facebook, dans laquelle il annonce une aide qualifiée d’électoraliste par l’opposition.

Ce « Contrat d’engagement jeunesse » avait déjà été esquissé par le jeune président dans son discours controversé du 12 juillet, dans lequel il annonçait l’omniprésence du passeport santé. À l’époque, elle est passée plutôt inaperçue, alors qu’il s’agissait de l’une des dernières réformes sociales de ce mandat du président, dont les politiques néolibérales entre 2017 et 2020 lui ont valu à Emmanuel Macron le surnom de président des riches.

Le Premier ministre Jean Castex a déclaré mardi que quelque 400 000 personnes bénéficieront de ce revenu l’année prochaine. L’exécutif le financera avec une partie des 2 milliards d’euros qu’il consacre à une batterie de mesures pour les jeunes, baptisée « #1jeune1solution ». Son but n’est pas d’installer les jeunes dans un éternel accompagnement sans but, mais de les accompagner vers l’activité et de l’activité vers l’emploi, a déclaré M. Castex.

Emmanuel Macron ! Ambitions trop basses.

L’administration gauloise a identifié quelque 500 000 jeunes en situation d’insertion professionnelle difficile. Si la promesse estivale de Emmanuel Macron laissait entrevoir une sorte de revenu universel ou de revenu minimum pour les jeunes, elle s’est avérée beaucoup plus ciblée.

Pour éviter que les personnes ne tombent dans la grande pauvreté, la France dispose depuis 2009 d’un revenu de solidarité active (RSA) l’équivalent français du revenu minimum d’existence qui garantit environ 565 euros par mois aux plus pauvres. Mais les moins de 25 ans ne pouvaient pas y prétendre, et les associations ont réclamé la création d’un RSA pour les jeunes. Le contrat d’engagement va désormais tenter de répondre à cette demande, même si ce dispositif se caractérise par des conditions strictes, comme l’obligation d’accepter les offres d’emploi ou de formation faites aux bénéficiaires.

Nous sommes loin des annonces du 12 juillet et de l’ambition d’une garantie universelle, a déploré Antoine Dulin, président de la commission insertion des jeunes du Conseil d’orientation des politiques de jeunesse. Dès le début, les ambitions étaient trop faibles. Rien n’est fait pour les étudiants et rien n’est annoncé, a critiqué Mélanie Luce, présidente de l’Unef, un syndicat étudiant progressiste.

Comme en Espagne, les moins de 30 ans ont été les principales victimes de la crise économique covid-19 en France, car leurs opportunités professionnelles ou leurs emplois précaires n’ont pas été protégés par les mesures de chômage temporaire. De l’autre côté des Pyrénées, les images de centaines d’étudiants dans des files d’attente de la faim, dont la présence était jusque-là inhabituelle, ont fait grand bruit. Emmanuel Macron tente aujourd’hui d’aider ces nouveaux visages de la pauvreté, mais au risque d’être loin du compte avec son « Contrat d’engagement jeunesse ».


Sacha Fernandes

Depuis l'enfance, je suis passionnée par l'écriture et le yoga et je suis très curieux de nature surtout quand il s'agit d'actualité et de presse, je m'intéresse à tous les domaines ! J'aime aussi les nouvelles technologies et la création de sites internet, ainsi que le SEO qui me passionne, une vraie révélation pour moi il y a plus de 10 ans.