Emmanuel Macron : ces ministres qu’il ne peut plus supporter bientôt virés.

Si la campagne présidentielle n’a pas commencé pour l’actuel chef de l’État Emmanuel Macron, il prend soin de motiver ses troupes et de les recadrer.

Emmanuel Macron

Emmanuel Macron n’en peut plus, ces ministres qu’il ne peut plus supporter bientôt virés. Ces hypothèses qui peuvent tout changer.

Certains membres du gouvernement ne manquent pas de l’agacer, confie son entourage au « Parisien ». Emmanuel Macron, infatigable, multiplie les déplacements.

Il n’a pas officialisé sa candidature à un second mandat, préférant se concentrer sur les affaires du pays. L’élection présidentielle a lieu en avril 2022, ses prédécesseurs avaient attendu février ou mars pour annoncer leur choix, il est donc probable que l’actuel président de la République ne se prononce pas immédiatement.

Emmanuel Macron ministres

Dans ce contexte, le chef de l’État Emmanuel Macron souhaite avant tout que son gouvernement soit concentré sur son travail et il ne cache pas, selon Le Parisien, son agacement face au comportement de certains ministres.

« En privé, il est en colère contre ses ministres, et ils sont nombreux, qui écrivent des livres [Marlène Schiappa, Jean-Michel Blanquer, Olivia Gregoire…, ndlr] pour influencer le débat ou qui prennent des initiatives susceptibles de brouiller sa stratégie », écrit Le Parisien.

Le quotidien cite l’exemple de la position d’Emmanuelle Wargon, ministre du Logement, sur les pavillons et leur « non-sens écologique, économique et social ».

Irrité, il serait même « très agacé par certains membres du gouvernement. Il y en a certains qu’il ne supporte plus », confie un élu au journal. Il doit alors rappeler ses troupes à l’ordre mais aussi les motiver, à l’image d’un entraîneur de football, qui a adoré jouer un match de charité et marquer un but il y a quelques semaines.

Un gouvernement concentré sur ses missions mais aussi en préparation de la campagne présidentielle.

Certains ministres doivent travailler sur des idées de réforme pour un éventuel programme, mais nous n’en saurons pas plus, le chef veut visiblement protéger son travail et se protéger tout simplement.

Un ami proche a déclaré : « Il y a beaucoup de petits marquis autour de lui qui lui disent que c’est déjà gagné. Des connards.

Mais il ne se laisse pas endormir par cette musique. Au contraire, ça l’énerve quand les gens laissent entendre que le match est terminé. Il est un peu effrayé, en fait ».

Dans ce contexte tendu de précampagne, Emmanuel Macron pourra évidemment compter sur son alliée numéro un, sa femme Brigitte.

Lors de l’élection présidentielle, il aura pour adversaires Anne Hidalgo (PS), Marine Le Pen (RN), Yannick Jadot (EELV) ou Fabien Roussel (PC).

Le candidat de la droite n’est pas encore connu et il y a aussi le cas d’Eric Zemmour qui entretient un faux suspense sur ses intentions.

Brigitte Macron bras dessus bras dessous avec Emmanuel Macron pour une visite avec un rival du président.

Brigitte Macron, ancienne professeure de lettres, n’a jamais souhaité s’immiscer dans le travail de son mari, mais elle l’accompagne avec grand plaisir lorsque ses voyages entrent en résonance avec deux de ses passions : la littérature et l’histoire. Sur place, le couple a rencontré Valérie Pécresse, candidate déclarée à la présidentielle…

Brigitte Macron était aux côtés du Président de la République le 26 octobre 2021 pour l’inauguration du musée consacré à l’affaire Dreyfus, installé dans la maison d’Emile Zola à Médan dans les Yvelines (Ile-de-France).

Sans surprise, passionnée de littérature et d’histoire, l’ancienne professeure de lettres au lycée de La Providence à Amiens n’a pas résisté à l’envie d’accompagner Emmanuel Macron dans cette visite riche en émotions.

Il y a tout juste un mois, Brigitte Macron était dans la grandiose Bibliothèque nationale de France à Paris pour la fin des longs travaux du site Richelieu.

Devant les photographes ce mardi, elle a posé bras dessus, bras dessous avec son mari, visiblement ravie de participer à la cérémonie.

« N’oubliez rien de ces combats passés, car ils disent que le monde dans lequel nous vivons, comme notre pays, comme notre République, ne sont pas acquis », a déclaré Emmanuel Macron à l’AFP.

Ce lieu de mémoire, qui ouvre ses portes au public jeudi, veut perpétuer le souvenir d’Emile Zola et d’Alfred Dreyfus, victime d’une machination judiciaire et antisémite datant de 1894.

Le capitaine a finalement été réhabilité en 1906. « Il y a dans ce musée ce qui est inséparable de ce qui fait la nation et de ce qui fait la République française : les idéaux, l’amour de la langue et ce goût de la vérité et de la justice », a-t-il déclaré aux descendants d’Alfred Dreyfus et d’Émile Zola.

« Vous répétez l’importance de ce destin si particulier, de cet homme qui a subi le pire, l’humiliation, le silence, l’isolement. Rien ne réparera ces humiliations, mais ne les aggravons pas en les laissant oublier, aggraver ou répéter », a-t-il plaidé.

Accompagné de l’ancien Premier ministre Manuel Valls et du grand rabbin de France Haïm Korsia, le chef de l’État a visité le musée, qui présente plus de 500 documents sur « l’Affaire Dreyfus ».

Dont un fac-similé du fameux faux rapport qui incriminait le capitaine, ainsi que de nombreuses affiches antisémites ou insultant Émile Zola, qui a lancé le fameux « J’accuse ».

Emmanuel Macron

« Zola, c’est aussi ce combat pour lequel il a pris des risques fous, un combat éminemment républicain », a ajouté Emmanuel Macron. Une visite également faite avec une de ses rivales : Valérie Pécresse.

La présidente de la région Île-de-France s’est déclarée candidate à l’élection présidentielle, sous les couleurs de la droite. Elle entend déloger le président de la République de son bureau à l’Élysée. Ont-ils parlé de la campagne ? Pas sûr…

Le musée est installé dans une aile de la Maison Zola, la majestueuse villa restaurée après dix ans de travaux, acquise par l’écrivain en 1878 et où il a écrit plusieurs de ses plus grandes œuvres. Il rouvre ses portes au public ce jeudi.

La création de ce musée et la restauration de la villa ont été principalement financées par le défunt homme d’affaires Pierre Bergé, compagnon du couturier Yves Saint Laurent, ainsi que par la région Île-de-France, la Fondation pour la mémoire de la Shoah, les ministères de la Culture et des Armées et la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah).


Antoine Berrot

Ancien bordelais exilé à Marseille, je suis fasciné par l'univers du sport et des séries TV, surtout celle de Netflix France. Pigiste et rédacteur pour plusieurs magazines peoples, Antoine est de nature curieux et il adore partager son point de vue sur tous les sujets médiatiques.