Delphine Jubillar retrouvée ? ce caveau ouvert qui a retient l’attention des enquêteurs.

Reste l'hypothèse d'une inhumation dans un cimetière, qu'une tombe ouverte à Cagnac-les-Mines a soulevée il y a quelques mois. Toujours rien. Alors que la détention de Cédric Jubillar, principal suspect présumé innocent dans la disparition de sa femme Delphine en décembre 2020, a été officiellement prolongée par la cour d'appel de Toulouse, aucune trace de l'infirmier d'Albi n'a encore été retrouvée.

Depuis plus d’un an et demi, les enquêteurs du Tarn recherchent le corps de Delphine Jubillar. Mais rien. Les recherches se poursuivent et les pistes à explorer s’amenuisent.

Plus d’un an et demi après le signalement de sa disparition, les chances de retrouver un jour sa dépouille s’amenuisent. Cela ne signifie pas pour autant que les enquêteurs ont baissé les bras. Ces derniers songent depuis quelques jours à fouiller le cimetière de Saint-Dalmaze, à Cagnac-les-Mines, dans l’espoir que le corps de Delphine Jubillar y ait été discrètement enterré par son meurtrier.

affaire Delphine Jubillar

Et si cette hypothèse fait l’objet de sérieuses interrogations, c’est parce qu’en janvier 2021, les gendarmes en charge de l’affaire avaient inspecté une première fois le cimetière à la recherche d’éventuels indices et avaient été interpellés par un élément troublant.


Un caveau ouvert visiblement en construction, décrit Le Parisien dans un article du mardi 5 juillet. Spécialisé dans la recherche de cadavres, le chien qui les accompagnait s’était approché du site, sans aucune réaction des enquêteurs.

 

Voir cette publication sur Instagram

 


Une publication partagée par Nicolas Albrand (@nicolasalbrand)

Cédric Jubillar, un fin connaisseur des cimetières.

Mais en février 2022, ce souvenir est revenu aux gendarmes lorsqu’une amie de Delphine Jubillar a été interrogée par la section de recherches de Toulouse, révèle Le Parisien.


Cette dernière a raconté une scène pour le moins étrange, survenue lorsqu’elle a rejoint Cédric Jubillar pour une journée de recherche, en mars 2021. C’est-à-dire trois mois après la disparition de son ami. Ce jour-là, j’ai décidé d’aller à Dalmaze, Cédric m’a dit qu’il ne savait pas ce que c’était et quand on est arrivé, il avait l’air de très bien connaître l’endroit, aurait raconté la jeune femme.

Il me montre les joints des tombes du cimetière, il me fait un cours sur les joints propres et sales. Et il me dit : Oui, malheureusement je connais tout ça, poursuit-elle, étonnée, avant d’en venir à la remarque très suspecte que lui a faite Cédric Jubillar : Il y a une tombe pour laquelle il m’a demandé de l’aider à ouvrir.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Amomama_France (@amomama_france)

Il a ouvert le tiroir d’une tombe et il a rigolé en disant : ‘Merci, maintenant il y a tes empreintes digitales avec les miennes’. Et il a ri. Si ce témoignage est loin de prouver la culpabilité du suspect, qui est en prison depuis un an, il a rappelé aux enquêteurs l’épisode qu’ils avaient vécu quelques mois plus tôt dans le cimetière en question.

Ce n’est pas la première fois qu’un témoin signale le comportement suspect de Cédric Jubillar après la disparition de son ex-compagne.

En attendant de nouvelles fouilles et des éléments susceptibles de relancer l’enquête, les gendarmes continuent de ratisser le terrain de Cagnac-les-Mines, un vieux pays minier accidenté et riche en cavités profondes dont Cédric Jubillar a une connaissance intime, selon Le Parisien.

Les confidences présumées du plâtrier à son ancien voisin de cellule, qui affirmait pouvoir enterrer Delphine sans que personne ne la trouve jamais, poussent en tout cas les enquêteurs dans cette direction.

L’affaire Jubillar : Une de ses amies pense savoir où Delphine est enterrée !

Les proches de Delphine Jubillar, très actifs dans la recherche de l’infirmière tarnaise, ont une piste pour retrouver le corps de leur amie. Une théorie que les enquêteurs ont relevée mais qui s’avère très complexe.

En dix-huit mois d’enquête, Delphine Jubillar n’a toujours pas été retrouvée. L’infirmière de Cagnac-les-Mines, mère de deux enfants en instance de divorce, a disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020 et le suspect numéro un est son mari, Cédric.

Alors qu’il nie fermement être impliqué dans sa disparition depuis la prison de Seysses où il est en détention provisoire pour homicide conjugal, les autorités s’activent pour retrouver une trace de son corps, ce qui ferait faire un bond énorme à l’affaire.

Un ancien compagnon de cellule de l’auteur présumé des faits avait fait des révélations explosives, affirmant qu’il lui avait confié l’endroit où le corps était enterré. Mais les recherches dans la zone indiquée n’ont rien donné. Une voisine et amie de Delphine Jubillar a une autre piste pour retrouver le corps, rapportée par Libération.

Elena (le prénom a été changé) est la voisine du couple Jubillar et amie de la disparue.

Son mari François (son prénom a été changé), ouvrier, avait été la cible d’une mise en scène vicieuse de Cédric Jubillar. Il l’avait accusé d’avoir volé une plaque de fer, laissant entendre qu’elle avait servi à cacher le corps de sa femme. De son côté, sa femme participe régulièrement à la recherche d’une trace du trentenaire.

Elle n’a jamais aimé la désinvolture de Cédric Jubillar, qu’elle ne trouvait pas très impliqué dans les recherches avec ses bottes trop propres : Les six mois qui ont suivi la disparition, c’était un peu tendu, poursuit-elle. J’en avais un peu marre de le voir arriver dans sa voiture, musique à fond, mener la belle vie, avec son chapeau havane, sa copine [Séverine], alors qu’on le cherchait, qu’on essayait d’aider, et qu’en plus on se faisait insulter, railler, menacer.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Avi Bitton Avocat (@avi.bitton.54)

Avec ses amis que Cédric surnomme les dindons elle a une théorie : Delphine a été enterrée dans un cimetière. Julie (prénom modifié) se souvient de cette conversation près du cimetière de Saint-Dalmaze, quatre mois après la disparition de Delphine Jubillar. Il m’a montré les joints des tombes du cimetière, il m’a fait un cours sur les joints propres et les joints sales. Et il me dit : oui, malheureusement je sais tout ça. Il y a une tombe qu’il me demande de l’aider à ouvrir.

Delphine Jubillar

Il a ouvert le tiroir d’une tombe et il s’est mis à rire, et il m’a dit ‘Putain, [Julie] merci, maintenant il y a tes empreintes digitales avec les miennes’, et il rit. Des mots qu’elle a enregistrés sur son téléphone. La piste du cimetière que ses proches et les enquêteurs connaissent.

Mais elle est complexe, explique une source à Libération : Il n’y a rien de plus difficile à fouiller que les tombes. Si on en arrive là, ce ne sera qu’en dernier recours. Des équipes sur place ont d’ailleurs quadrillé la zone et des drones ultra-sophistiqués l’ont survolée, précise La Dépêche. Pour l’instant, rien n’est sorti de ces fouilles.