Delphine Jubillar partie faire le djihad ? la nouvelle piste dévoilée !

Aucune hypothèse n’est écartée dans l’enquête sur la disparition de Delphine Jubillar. Ce mardi 24 août, on apprend que Cédric Jubillar aurait soumis aux forces de l’ordre la possibilité que sa femme n’ait pas vraiment disparu, mais qu’elle aurait tout quitté pour… faire le djihad. C’est lors de sa deuxième audition, une semaine après avoir signalé la disparition de la jeune infirmière, que le mari évoque cette possibilité, aux enquêteurs de la section de recherches de Toulouse. D’après nos collègues de Ton Mag, cette piste aurait été “vérifiée mais rapidement refermée.”

Delphine Jubillar

People Act Magazine révèle ce mardi 24 août que la police aurait étudié la piste du départ pour le djihad de Delphine Jubillar.

Une hypothèse, car rien n’indique à ce jour un intérêt pour une quelconque religion de la part de celle qui a disparu à Cagnac-les-Mines dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. Mais pour le mari Jubillar éconduit, tout peut expliquer l’absence de celle qui était encore légalement son épouse. Lors de cette même audition, il a déclaré être convaincu qu’elle était ” devenue folle “, ” qu’elle était partie et qu’elle allait revenir “. Ce qui contredit l’hypothèse d’un départ pour le djihad qu’il évoque lui-même le même jour.

Delphine Jubillar

Cédric Jubillar n’avait “aucune preuve” de l’infidélité de Delphine

La semaine précédente, le plâtrier avait été interrogé alors qu’il venait de signaler la disparition de la mère de ses enfants, et la police avait commencé à évoquer l’existence d’une relation extraconjugale avec la disparue. Le mari a des soupçons, mais ne nie pas : “Je n’ai aucune preuve”, dit-il. “Elle passe des appels téléphoniques secrets, elle change ses codes, donc on peut supposer qu’elle me cache des choses”. Il continue de nier toute tension entre le couple, malgré les témoignages de ses proches, qui affirment l’avoir entendu proférer des menaces à l’égard de sa femme.

cedric jubillar facebook

Quelques jours avant la disparition de Delphine Jubillar, il aurait glissé à un ami : ” Ça ne va pas, j’ai envie de la tuer “. Mais le jeune homme, toujours incarcéré et placé à l’isolement, continue de clamer qu’il n’a rien à voir avec cette disparition. A tel point que ce mercredi 25 août, selon le magazine People Act, ses avocats vont faire à nouveau appel de son placement en détention provisoire.

Cédric Jubillar : son avocat dénonce “un dossier complètement vide”.

Cédric Jubillar sera-t-il libéré de prison ? En tout cas, mercredi 25 août, ses avocats déposeront une nouvelle demande de libération de leur client, incarcéré à la prison de Seysses en Haute-Garonne depuis le 18 juin. Il est soupçonné du meurtre de sa femme, Delphine Jubillar, qui a disparu. Sur BFM TV, mardi 24 août, Me Emmanuelle Franck, a justifié leur demande : “C’est un dossier complètement vide. Chaque jour qui passe est un jour de détention de trop pour Cédric Jubillar”, a-t-elle déclaré.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sept à Huit (@septahuit_off)

“Nous avons pensé et nous avions laissé la justice convoquer Cédric Jubillar. Il était normal que les juges d’instruction veuillent l’interroger. Voyant que cette convocation n’est pas arrivée et qu’elle n’était prévue qu’en octobre prochain, il nous semble important de clamer son innocence avec lui”, a également ajouté Emmanuelle Franck sur BFM TV.

Delphine Jubillar

Dans leur requête, les avocats de Cédric Jubillar s’appuient également sur des éléments matériels présentés comme à charge par l’accusation mais qui n’ont pas été mentionnés ou ont été atténués dans un premier arrêt de la chambre de l’instruction, selon le magazine People Act. Le nombre de pas de Cédric Jubillar présenté par son podomètre ainsi que les “cris stridents” entendus par deux voisins font notamment partie de ces éléments évoqués par la défense.

Une première demande de mise en liberté rejetée

Le premier appel, déposé le 23 juin, a été rejeté par la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Toulouse, qui a confirmé le maintien en détention du principal suspect, qui nie toujours les faits qui lui sont reprochés, dans un arrêt rendu le 8 juillet. La cour avait estimé “qu’il est vraisemblable que Cédric Jubillar a participé en tant qu’auteur au meurtre de son épouse”, ajoutant “qu’il existe des indices graves et concordants que Delphine Jubillar est morte”. “Son maintien en détention est le seul moyen de préserver les preuves et d’éviter toute pression sur les témoins”, a ajouté la cour d’appel, rapporte le magazine People Act.


Martha Levine

Tout projet incroyable commence par une étincelle et un esprit talentueux. C'est le cas pour Martha Levine, la fondatrice du site PEOPLE ACT MAGAZINE. À tout juste 41 ans, elle a eu une idée brillante en tant que femme de lancer ce projet unique sur les stars et les peoples français.