Delphine Jubillar disparue : après 18 mois, un homme fait des nouvelles révélations inquiétantes !

Ces échanges prennent une dimension particulière après un an et demi d'enquête sur la disparition de Delphine et le statut de principal suspect de l'homme. Dans l'affaire Jubillar, le mari de Delphine, disparue dans la nuit du 16 décembre 2022, est en tête de la liste des suspects. Il est même le seul que la justice surveille dans sa prison de Toulouse Seysses où il est en détention provisoire pour homicide par conjoint depuis plus d'un an. Les nouvelles révélations de La Dépêche du Midi accablent davantage le peintre et plâtrier de 34 ans, père de deux enfants, qui nie toute implication.

Une connaissance de Cédric Jubillar est sortie du silence pour partager plusieurs conversations qu’il a eues avec le peintre plâtrier.

Une connaissance de Cédric Jubillar a évoqué auprès de La Dépêche une conversation choquante qui s’est déroulée trois ans avant les faits, mais qui a pris une couleur inquiétante depuis que sa femme Delphine n’a plus donné signe de vie. En effet, un homme avait rencontré l’artisan controversé, qui avait besoin de faire des travaux.

Delphine Jubillar, une disparition étrange !

Personnage sociable et provocateur, Cédric Jubillar est un parleur avec lequel il est facile de discuter. Une fois les travaux de sa maison terminés, cette connaissance a recroisé le chemin de ce suspect numéro un au printemps 2021, quatre mois après que sa femme, en instance de divorce, n’a plus donné signe de vie. Je lui ai demandé s’il tenait le coup, il m’a répondu qu’il allait bien mais que sa belle-famille était sur son dos, explique Florent. Il était très serein, pas du tout perturbé. C’est peut-être aussi son côté provocateur, a-t-il expliqué.

drone

Pourquoi cette révélation est-elle arrivée si tard ? Je ne voulais pas qu’il se laisse entraîner, et je ne voulais pas non plus y être mêlé, explique ce jeune papa d’Albi. Aujourd’hui, il a décidé de sortir de son silence, peut-être au vu d’une enquête en difficulté, en l’absence de scène de crime et d’aveux. Les proches de Delphine, née Aussaguel, ne perdent pas l’espoir que la vérité éclate, mais ils lancent régulièrement des appels pour que quiconque se manifeste avec des informations en sa possession. Il semble que cette fois-ci, leur demande ait été entendue.

Affaire Jubillar : des drones de la gendarmerie survolent la zone du cimetière de Cagnac-les-Mines

Les enquêteurs poursuivent leurs recherches à Cagnac-les-Mines pour tenter de retrouver la trace de Delphine Jubillar, disparue depuis décembre 2020. Ce jeudi 30 juin après-midi, plusieurs drones ont survolé l’ancien stand du club de tir de la commune, au sud du cimetière de Saint-Dalmaze.

Les enquêteurs sont revenus à Cagnac-les-Mines en début de semaine pour reprendre les recherches de la sépulture de Delphine Jubillar, l’infirmière disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020.

Ce jeudi 30 juin, la zone de recherche est concentrée sur le chemin de randonnée de la voie verte, au sud du cimetière de Saint Dalmaze. Une petite équipe de moins de dix personnes fouille la zone depuis ce matin vers 9h, tandis qu’une patrouille de la gendarmerie de Cagnac-les-Mines sécurise l’accès et éloigne les curieux.

Deux drones de l’IRCGN (Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale) ont survolé l’ancien stand du club de tir de la commune en début d’après-midi, selon La Dépêche du Midi. Le site, désaffecté depuis deux ans, est situé le long de la voie verte, en haut du bois de Saint Quintin.

Équipé de caméras thermiques

disparition-delphine jubillar

En début de semaine, plusieurs gendarmes en tenue de camouflage et armés de pelles et de pioches avaient été aperçus dans le secteur, autour du cimetière et sur la route de Milhars.

Les drones de l’IRCGN sont équipés de caméras thermiques et multispectrales, qui permettent de détecter les éventuelles émissions d’azote (après décomposition des corps) mais aussi d’identifier les parcelles perturbées et les puits non répertoriés. L’analyse des données guide ensuite le travail des enquêteurs au sol.

De précédentes recherches par drones avaient déjà été effectuées dans ce secteur de Saint-Dalmaze du 14 au 17 mars. Selon nos informations, cette nouvelle campagne devrait se terminer vendredi soir dans l’affaire Jubillar.