Delphine Jubillar dernière minute et retrouvée au fond du cimetière de Cagnac ?

Delphine Jubillar, une infirmière de 33 ans, a disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. Cette mère de famille n'a jamais donné signe de vie, laissant ses proches dans le désespoir. La retrouver vivante semble désormais impossible. Jusqu'à aujourd'hui, plusieurs recherches ont été menées. Près de deux ans se sont écoulés depuis le début de l'enquête, mais les investigations n'ont pas permis de trouver une solution au mystère de sa disparition. Où en est l'enquête ?

Où est Delphine Jubillar ? Le mystère n’a toujours pas été résolu depuis 18 mois. Une nouvelle recherche a été lancée.

Son mari, Cédric Jubillar, a été mis en examen car il est le principal suspect. La justice le soupçonne fortement d’avoir commis un meurtre conjugal. Serait-il responsable de la disparition de Delphine Jubillar ? De son côté, ce dernier n’a cessé de clamer son innocence.

Affaire Delphine Jubillar ! Des soupçons sur son mari

Une déclaration qui ne convainc pas les proches de l’infirmière. Et ce, en référence à l’attitude de cet homme envers sa femme. Pour l’heure, il est important de souligner que le père de famille est présumé innocent. Si rien n’a évolué dans cette affaire, très récemment les recherches ont repris. Le fait que les enquêteurs aient commencé non loin du domicile familial pourrait changer la donne.

Affaire Delphine Jubillar

La reprise des recherches

Mercredi 29 juin, l’avocat de Cédric Jubillar a été interrogé par Actu Toulouse. Selon Alexandre Martin, les gendarmes ont lancé une nouvelle perquisition ! Il avait indiqué que c’était dans le cimetière de Cagnac-les-Mines que ces recherches étaient effectuées.

Pour rappel, c’est dans cette commune que vivait la famille Jubillar. Une famille composée de Delphine, de son mari et de leurs deux enfants. Leur fils Louis est aujourd’hui âgé de 8 ans et leur fille Elyah née en 2019 aura 3 ans cette année. Le cimetière où les recherches ont commencé se trouve à seulement 2 km de leur domicile.

Cédric Jubillar a été placé en détention provisoire à la maison d’arrêt de Seysses, en Haute-Garonne. Selon son avocat, à chaque fois qu’il vient plaider pour la libération de son client, Cédric Jubillar, les enquêteurs utilisent l’excuse des recherches.

La dernière fois, c’était des drones à Cagnac. Aujourd’hui, les gendarmes reprennent les recherches en toute discrétion au fond du cimetière, a-t-il déclaré à la publication régionale de Toulouse.

Il a ajouté que si ce n’est qu’une coïncidence que les recherches aient commencé après une demande de mise en liberté, elles auraient pu se faire avec Cédric Jubillar sorti. Cependant, l’avocat n’a pas indiqué vers quelle partie du cimetière les recherches ont été dirigées. La raison pour laquelle ils se sont concentrés sur ce cimetière est encore inconnue.

Jubillar

Une perquisition interrompue

Le lundi 27 juin, les enquêteurs devaient déployer les drones sur Cagnac-les-Mines. Malheureusement, ils ont dû faire face à un problème imprévu. Ils ont dû interrompre leurs recherches en raison d’une météo défavorable. L’opération a dû être annulée. Selon La Dépêche, la pluie qui s’est abattue sur la région a limité la capacité d’action des enquêteurs.

La nouvelle opération a été menée à l’aide de drones de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN). L’objectif de la recherche était d’identifier les émissions d’azote. L’azote est présent sur une surface où un corps se décompose. Ces engins volants ont également été envoyés pour identifier les parcelles perturbées et les fosses non répertoriées, confirme le rapport.

Les images récupérées par les drones seront d’une grande aide pour démêler les pistes dans la recherche de la mère. L’analyse de ces images permettra aux enquêteurs de trouver des indices. En tout cas, les informations reçues sur cette affaire prouvent que différents moyens ont été utilisés pour retrouver l’infirmière du Tarn.

Delphine Jubillar

Des médiums ont-ils envoyé des lettres ?

L’enquête est toujours en cours. Les gendarmes utilisent la technologie pour faire avancer cette mystérieuse enquête. Cependant, les gendarmes avaient affirmé avoir reçu des lettres de nombreuses personnes qui pensaient pouvoir retrouver Delphine Jubillar.

Or, la procédure évoquée semble aller au-delà de ce que l’on peut attendre pour résoudre une enquête de cette ampleur. En effet, ces personnes avaient expliqué qu’elles étaient des médiums. Elles affirmaient même dans leur lettre qu’elles pouvaient retrouver le corps de la mère.

Selon Actu Toulouse, le bureau de la gendarmerie a reçu plusieurs centaines de lettres, de mails et d’appels téléphoniques. Ces personnes sont apparemment dotées de pouvoirs qui « échappent au commun des mortels ». Reste à savoir comment la gendarmerie de Toulouse va gérer ces fameuses lettres. La famille de Delphine Jubillar attend toujours des réponses aux questions liées à sa disparition.