Corinne Masiero retrouvée en soins palliatifs, son énorme coup de gueule !

Le 3 février prochain, Corinne Masiero soufflera sa 58ème bougie ! L’actrice devrait, cette année, retrouver son costume de Capitaine Marleau sur France Télévisions pour de nouveaux épisodes que des millions de téléspectateurs attendent depuis de nombreux mois.

Corinne Masiero

L’actrice Corinne Masiero a listé les demandes les plus particulières reçues de ses fans et elle pousse un véritable coup de gueule !

Depuis 2015, la série avec Corinne Masiero connaît un véritable succès. L’actrice est devenue une star et sa notoriété a explosé.

Un peu trop, en fait. Dans une interview accordée à Femme Actuelle, la Nordiste Corinne Masiero a expliqué que certains fans pouvaient aller trop loin.

Corinne Masiero age

Il y a des moments où vous avez besoin d’être seul. Tout le monde ne le comprend pas, a commencé Corinne Masiero. On m’a demandé des selfies à un enterrement et même dans un service de soins palliatifs, a-t-elle poursuivi, révélant que parfois [elle se sent] comme un monstre. Quand les gens me demandent un autographe, j’essaie d’engager une conversation constructive sur l’intérêt de venir au théâtre, les intermittents, la défense des valeurs qui me portent.

Lors d’un passage dans l’émission Culture Médias d’Europe 1 présentée par Philippe Vandel, Corinne Masiero avait déjà évoqué le sujet : Je ne suis pas malhonnête, comme on dit chez moi. Je suis assez polie, je ne dis pas « Va te faire foutre », etc., avait-elle déclaré avec son franc-parler désormais légendaire.

Corinne Masiero explique aux gens que je n’aime pas prendre de photos. Alors je ne prends pas de photos. Et quand parfois les gens viennent me parler, que je suis en train de faire quelque chose, j’explique que ce n’est pas le moment. L’ex de Nicolas Grard avait apporté des précisions : Dans un événement public, il n’y a pas de problème : je joue le jeu volontiers, très gentiment et avec beaucoup de plaisir. Ce que je n’aime pas, c’est qu’on m’embête quand je suis en privé.

Les inconvénients de la notoriété.

Avant de jouer le rôle principal du Capitaine Marleau, Corinne Masiero faisait du théâtre, mais elle assure qu’elle n’a pas changé de vie pour autant !

Je faisais du théâtre de rue, du théâtre en salle, depuis plus de dix ans quand la reconnaissance médiatique est arrivée. Tout a commencé après Louise Wimmer et le festival de Venise. Puis il y a eu le capitaine Marleau.

Le théâtre ne touche pas des millions de personnes comme la télé ou le cinéma. Je n’ai pas changé de vie, j’ai les mêmes amis, je vis toujours dans le Nord.

Il y a juste plus de zéros sur mon compte en banque, ce qui facilite le quotidien. C’est le regard des autres qui est différent.

Corinne Masiero : Le succès permet de faire des projets, mais la roue tourne.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Télérama (@telerama)

Au début, j’étais paranoïaque, je pensais : on est là pour parler à l’actrice, pas à la femme, à ce qu’il y a à l’intérieur ! Je suis touchée par l’amour du public, mais ça peut être inconfortable. Il y a des moments où vous avez besoin d’être seul.

Tout le monde ne le comprend pas. On m’a demandé des selfies à un enterrement et même dans un hospice ! Parfois, j’ai l’impression d’être un monstre révèle Corinne Masiero. Quand on me demande un autographe, j’essaie d’engager une conversation constructive sur l’intérêt de venir au théâtre, les intermittents, la défense des valeurs qui me portent.

Corinne Masiero

Le succès permet de faire des projets, mais la roue tourne nous dit Corinne Masiero. J’ai tellement entendu parler de mon physique, de mes origines, de ma façon de parler. Aujourd’hui, je bouscule tous ces clichés. Si je suis appréciée du grand public, c’est parce que les gens se reconnaissent en moi.

En tant que femme de plus de 50 ans, Corinne Masiero ne veut pas être l’arbre qui cache la forêt. À cet âge, la plupart des femmes comédiennes sont en difficulté. Les choses bougent, mais trop lentement !


Antoine Berrot

Ancien bordelais exilé à Marseille, je suis fasciné par l'univers du sport et des séries TV, surtout celle de Netflix France. Pigiste et rédacteur pour plusieurs magazines peoples, Antoine est de nature curieux et il adore partager son point de vue sur tous les sujets médiatiques.