Compteur Linky : certains clients qui refusent son installation vont payer plus chers.

Dans le cadre de cette nouvelle étape du compteur Linky, la CRE a mené, du 25 novembre 2021 au 5 janvier 2022, une consultation publique pour définir le nouveau cadre de régulation incitative qui s’appliquera au projet Linky jusqu’en 2024.

La Commission de régulation de l’énergie estime que les clients qui empêcheraient encore la pose d’un compteur Linky doivent supporter les surcoûts générés.

Et parmi les mesures avancées par la Commission : la facturation des surcoûts engendrés par les clients qui refuseraient la pose du petit boîtier vert chez eux et ne communiqueraient pas leurs relevés à Enedis. La disposition avait déjà été évoquée dans un document publié en novembre dernier.

Linky

8,30 euros tous les deux mois pour le compteur Linky

En effet, la relève dite résiduelle des index de consommation chez les personnes qui refusent le compteur Linky, et qui ne communiquent par leur index représente un coût pour Enedis, puisque le gestionnaire doit alors lui-même procéder aux relevés de compteurs.

La CRE considère que l’ensemble des clients qui empêcheraient encore la pose d’un compteur Linky durant cette phase de déploiement diffus doivent supporter les surcoûts générés, écrit le régulateur dans sa délibération. La commission se dit donc favorable à ce que les clients non équipés et muets (c’est-à-dire ne communiquant pas leurs index lors des campagnes d’auto-relève) supporte le surcoût généré.

En conséquence, la CRE introduit une composante de comptage spécifique pour couvrir le coût de la relève des compteurs chez les personnes concernées. Elle s’appliquera à partir du 1er janvier 2023 aux clients n’ayant pas mis à disposition d’Enedis leur index au cours des 12 derniers mois. Ces consommateurs seront alors facturés tous les deux mois jusqu’à l’installation d’un compteur Linky.

Selon la délibération de la CRE, le montant de cette composante sera de 8,30 euros tous les deux mois. Le régulateur ajoute que cette facturation pourrait évoluer après 2025, pour ceux qui ne se seraient toujours pas équipés du boîtier vert.

Selon les estimations de la CRE, près de 3,8 millions d’utilisateurs ne sont toujours pas équipés d’un Linky en France. La Commission appelle donc Enedis à poursuivre ses efforts pour proposer de la manière le plus souple et la plus efficace possible l’installation du compteur Linky. Le déploiement du boîtier connecté représente un investissement de quatre milliards d’euros pour Enedis.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Rumba (@rumba_aussie)

Grâce au compteur Linky, Enedis est le champion du monde des réseaux électriques intelligents

Qui l’eût cru il y a encore un an ? Seulement seizième du classement 2020 de l’indice de réseau intelligent, (le Smart Grid Index de Singapore Power Group), Enedis gagne donc quinze places et se positionne en tête en 2021, rapporte Le Figaro. Un bon en avant que le gestionnaire de réseau doit à son déploiement tout au long de l’année dans les foyers français, quasiment terminé selon nos confrères, et ses économies réalisées de surcroît.

34 millions de foyers ont été équipés pour un budget de 4 milliards d’euros, soit 500 millions d’euros de moins que prévu, met en avant la présidente du directoire d’Enedis France, Marianne Laigneau.

Pour Enedis, le déploiement du petit boîtier vert permet aux clients d’avoir accès à de nouvelles offres de la part des fournisseurs et de son côté, de prévoir les pannes réseau et d’agir en conséquence. Reste que pour assurer la transition énergétique, le gestionnaire de réseau va devoir investir.

Et beaucoup. Ainsi, selon Le Figaro, avec le développement du smart grid (recueil de données sur la consommation et la distribution en temps réel), les investissements sont désormais doubles : autant pour les énergies renouvelables que pour les réseaux. Ainsi, sur les quinze prochaines années, Enedis devrait investir 69 milliards d’euros sur tous ses réseaux.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Enedis (@enedis.officiel)

Augmentation de budget substantielle

En outre, d’après ses projections, la filiale d’EDF prévoit d’augmenter son budget annuel de 1 à deux milliards d’euros. Cette différence s’explique par l’indécision encore actuelle, selon laquelle la France misera plus sur les panneaux solaires ou les éoliennes. Mais cet état de fait n’est pas propre à Enedis.

Dans nos pays voisins, que ce soit l’Allemagne (avec EON) ou l’Italie (avec Enel), la facture pour les cinq prochaines années devrait grimper respectivement de 27 et 70 milliards d’euros.

Compteur Linky

Enfin, outre ces engagements financiers, Enedis va devoir accélérer ses installations, car selon Le Figaro, l’équivalent de dix réacteurs EPR vont devoir être connectés au réseau, et ces sources d’énergie sont le plus souvent situées dans des petites communes. Malgré les difficultés d’approvisionnement, Enedis estime être dans la trajectoire prévue. L’entreprise s’est engagée à diviser par deux la durée de raccordement d’ici 2020.