Comment prendre naturellement soin de ses tatouages ?

Si vous souhaitez compléter ou recouvrir une grande partie de votre corps avec des tatouages, choisissez bien votre tatoueur. Par Massana Ateh

 

Tattoo Artist DotsToLines. Photo © Erik Weiss Photography #dotstolines #individualized #lineart

 

Envisagez un effet 3D, encres minérales recommandées, utilisation de crèmes hydratantes biologiques ad vitam. Petit ou grand tatouage, la couleur nécessite toujours un délais de cicatrisation plus long que le choix d’un tattoo neutre ou la tendance américaine manchette et corps Black & Grey.

 

Sur le long terme, avec les années, un tatouage en couleur réclame plus de rigueur d’entretien en matière de soins corporels qu’un tattoo neutre, afin de maintenir l’intensité des couleurs. Hydrater sa peau deux fois par jour avec des laits ou crèmes organiques. Boire régulièrement (2L/jour) entretien l’éclat de la peau donc la finesse de l’œuvre.

 

Les produits bio sont-ils adaptés à l’hydratation des grands tatoués ?

En ce qui concerne l’efficacité de la « culture bio« , l’organisme humain réagit toujours mieux aux produits naturels que chimiques, lorsqu’on est en bonne santé. Le plus efficace des soins est apporté par l’huile de coco 100% bio. Peu utilisée en France à cet effet, à la différence des tatoueurs brésiliens, par exemple, elle permet une préservation optimale des couleurs. L’huile de coco s’avère en période de tatouage un cicatrisant naturel très efficace pour un épiderme traumatisé sur une longue période (compter 3 semaines à 2 mois pour une cicatrisation complète en fonction de la taille du tattoo). À noter que des carences en vitamines ou bien un traitement médical lourd peuvent affecter la qualité de l’encre sous la peau. Penser nutrition.

L’eau est-elle source de dégradation des tatouages ?

Éviter le contact avec l’eau. Notamment avec l’eau chaude durant un mois, après chaque nouveau tattoo. Il est également important d’écourter la durée des douches quotidiennes (idem bains chauds) si les zones tatouées doivent subir un contact régulier avec l’eau. Le but étant d’éviter un élargissement du trait et les bavures d’encre. Non seulement à l’heure du rejet du surplus d’encre mais également plusieurs semaines après la réalisation du tattoo, en fonction du type de peau et de la qualité de l’épiderme. Donc peu ou pas d’eau chaude sur le tatouage (ad vitam). Pour les gros travaux: toilette à l’ancienne. « Quand on veut on peut. »

 

 

Que penser des agressions solaires sur un tattoo ?

Il est important d’éviter le plein soleil sans protection solaire pendant 3 ou 4 mois à la fin d’un tatouage (voire avec protection solaire). L’automne et l’hiver, deux périodes propices aux séances de tatouage. Au risque d’une dépigmentation et de bavures par abus de plage, l’été, du moins, la première année. Solution ? Marchez à l’ombre, en termes de gros chantiers corporels: dos nus, épaules, manchettes, mains et/ou pieds. Pensez aux zones sensibles du corps exposées en permanence à l’extérieur, soumises aux agressions de la lumière naturelle, de l’environnement et du climat, avant de procéder au tatouage sur une zone qui pourrait devenir une contrainte. À noter que l’encre blanche à tendance à jaunir au soleil, à éviter côté sud.

Existe-il une alternative naturelle (bio) à la protection solaire ?

D’après les herboristes experts de La Maison des Plantes à Nice, plantes, cosmétiques, gélules ou élixirs, il n’existe aucune formule organique à l’heure actuelle pour se protéger des agressions solaires d’une façon totalement naturelle. Les tatouages sur certaines zones sont voués aux agressions extérieures permanentes (UV, cosmétiques chimiques, santé), d’où l’importance d’une discipline de l’esprit et du corps à respecter face aux contraintes de l’entretien (masculin-féminin) des tatouages pour les grands tatoués. Les encres sont généralement minérales, donc sensibles aux attaques que nous infligeons à notre organisme.

Peut-on nettoyer un tattoo dès sa création ?

Si le contact avec l’eau des villes n’est pas recommandé, un tattoo se nettoie cependant immédiatement au savon 100% naturel. Dès le premier soir ou le lendemain matin (aucun bain ni douche). Pour laver le tattoo, effectuer un léger mouvement de rotation, en effleurant la zone fraîchement tatouée. Pour rincer, passer le tattoo, si possible, sous le robinet d’eau froide quelques secondes sans puissance agressive du jet. Un filet d’eau est suffisant. Sécher avec une serviette éponge propre en tamponnant délicatement sur la zone humide.

 

 

Trois classiques surgras: vaseline – bepanthen – huile de coco

Hydrater immédiatement avec une crème grasse. Trois grands classiques: vaseline, bepanthen ou huile de coco, à appliquer toutes les trois heures en moyenne. Un tattoo ne doit jamais s’assécher durant les premiers jours en vue d’une bonne cicatrisation. Pour un tattoo classique, neutre, comptez deux semaines de soins intensifs. Si vous avez opté pour la couleur, l’attente sera d’environ un mois avant d’apprécier un meilleur rendu de sa vivacité. Les trois premières semaines de soins sont essentielles pour « fixer l’ensemble » et cicatriser. Compter 5 à 7 jours pour la cicatrisation et la fixation des tonalités noires et grises sans contact avec l’eau ou la lumière.

Un nouveau tatouage ne doit jamais être asséché. La crème grasse doit être appliquée toutes trois à cinq heures environ, aussi longtemps que nécessaire, si de petits tiraillements persistent. Laisser cicatriser à l’air libre, la peau bien hydratée. Opter pour de vieux vêtements en coton pendant quelques jours et pour une belle couche de film en plastique sur la zone tatouée, avant de redécouvrir la joie d’une « première » douche.

 

Reportage Massana Ateh © PAM 2018

SPACE: Maars Atacama’s Journey

PAM sur Twitter

PAM sur Facebook

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

TATTOO PLANET