Chèque alimentaire : le gouvernement dévoile des nouvelles mesures pour le pouvoir d’achat.

Chèque alimentaire : Ce texte est déjà travaillé, préparé et sera présenté au lendemain des élections législatives pour être adopté très rapidement, a déclaré Gabriel Attal à l'issue du Conseil des ministres.

Les mesures qui seront dévoilées après les élections législatives seront adoptées très rapidement dont le chèque alimentaire, a déclaré le porte-parole du gouvernement à l’issue du dernier Conseil des ministres.

Chèque alimentaire France ! Il a démenti les informations de presse sur une éventuelle présentation avant les élections, qui aurait permis à la majorité d’occuper le terrain social pendant la campagne avec ce texte.

Ce train de mesures comprendra une prolongation du bouclier tarifaire sur les prix du gaz et de l’électricité jusqu’à fin 2022 ainsi qu’une mesure pérenne et mieux ciblée que la remise de 18 centimes sur les prix des carburants, a-t-il détaillé.

Chèque alimentaire montant

La question du pouvoir d’achat, déjà au cœur de la présidentielle, restera un thème majeur lors des législatives, porté notamment par la Nouvelle Union populaire de Jean-Luc Mélenchon et le Rassemblement national de Marine Le Pen.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Capeb Vaucluse (@capeb84)

La prime Macron triplée

Emmanuel Macron avait annoncé pendant la campagne présidentielle un dispositif à l’été pour les premières mesures sur le pouvoir d’achat. La hausse des prix de l’énergie, induite notamment par la guerre en Ukraine, fait peser de nouveaux dangers sur le portefeuille des Français, a estimé Gabriel Attal.

Outre les mesures sur les prix de l’énergie et des carburants, Gabriel Attal a rappelé que la prime Macron, versée aux salariés pour leurs résultats, sera triplée, les charges des indépendants baissées – soit 550 euros de gains par an au niveau du SMIC pour un indépendant – et le point d’indice de la fonction publique dégelé.

Les prestations sociales seront également revalorisées au 1er juillet sans attendre le calendrier habituel, ainsi que les retraites, pour tenir compte de l’inflation, a-t-il ajouté.

Le chef de l’État veut porter le minimum vieillesse à 1 100 euros net. Les Chèques alimentaires promis par Emmanuel Macron pour aider les plus pauvres à acheter des produits alimentaires locaux, durables, voire bio, seront également lancés cet été, a précisé le porte-parole.

En cas de victoire d’Emmanuel Macron, le bon alimentaire sera mis en place dès après l’élection.

Le chèque alimentaire souhaité par le candidat Emmanuel Macron, pour permettre aux plus modestes d’avoir accès à des produits alimentaires français de qualité, sera mis en place dès après l’élection, si le président sortant était réélu. L’annonce a été faite par Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et proche de M. Macron.

Ce contrôle dont le principe est arbitré, mais dont le paramétrage et les détails techniques sont encore en discussion, sera mis en œuvre dès après l’élection, au cours de l’année 2022, a précisé M. Denormandie, invité de l’émission Dimanche en politique sur France 3, une semaine avant le second tour de l’élection présidentielle.

L’idée est de dire (que) vous avez aujourd’hui près de 8 millions de nos concitoyens qui ont des difficultés à accéder aux productions locales, aux productions de qualité, à nos productions françaises en réalité et donc il faut leur donner un coup de pouce pour les aider à acquérir cela, a déclaré Julien Denormandie, l’un des fondateurs de la République en marche.

Telle est la bonne réponse, la bonne réponse ne sera jamais de dire : Ce sont les agriculteurs qui vont payer le pouvoir d’achat des Français, a-t-il ajouté, interrogé sur une éventuelle remise en cause de la loi Egalim, qui vise à protéger le revenu des agriculteurs.

Chèque alimentaire

La création de ce chèque alimentaire durable, qui tarde à être mis en place, avait été annoncée mi-décembre 2020 par Emmanuel Macron devant la Convention climat citoyenne. Sa mise en place a été définitivement adoptée dans la loi climat et résilience votée en juillet 2021 au Parlement.