Daniel Lévi mort : ses derniers instants et de quoi souffrait le chanteur ?

Mon mari, mon roi Daniel Haïm ben Sarah Levi a rejoint le Gan Eden à cause du cancer du côlon. La veillée a lieu à la synagogue de la Rose ce soir et les obsèques auront lieu à Marseille, au cimetière juif de St Pierre, demain dimanche 7 août à 14h30, a écrit Sandrine Lévi.

Après un long combat contre la maladie, un cancer du côlon, Daniel Lévi est décédé ce samedi 6 août, à l’âge de 60 ans.

Il y a quelques jours seulement, son épouse avait posté sur les réseaux sociaux un message inquiétant sur l’état de santé de son mari, en cause un cancer du côlon foudroyant.

Chers amis du monde entier. Notre ami, le chanteur Daniel Lévi a plus que jamais besoin de nos prières pour guérir, maintenant ! Le temps presse, mobilisons-nous et agissons maintenant.

Un combat périlleux contre le cancer du côlon

L’inoubliable interprète de « L’envie d’aimer » souffrait d’un cancer du côlon depuis 2019. Dans une interview accordée à la radio Voltage cette année-là, Daniel Lévi avait décrit comment il avait découvert et vécu cette maladie.

Daniel Lévi

Il y avait des analyses, avec des signes qui étaient là un an avant, que je n’ai pas pris au sérieux, parce que ça s’est arrêté, a-t-il raconté.

Daniel Lévi a alors commencé une chimiothérapie particulièrement agressive, qui a créé une obstruction dans son côlon. L’épreuve a été difficile.

Je ne pouvais pas marcher, je ne pouvais pas manger, je ne pouvais pas respirer. J’étais tellement perfusé que mes muscles avaient fondu, je ne pouvais pas marcher. Et quand vous ne pouvez pas marcher, quand vous ne pouvez pas respirer, quand vous ne pouvez pas faire pipi, quand vous ne pouvez pas. Tout est incroyable quand tout revient, a-t-il déclaré.

Le cancer colorectal se développe à partir de polypes, de petites lésions précancéreuses qui se forment sur la paroi intestinale. Selon Santé Publique France, cette maladie est la deuxième cause de décès par cancer, tous sexes confondus, avec 43 336 nouveaux cas et 17 117 décès par an.

Daniel Lévi

Le dépistage permet d’augmenter considérablement les chances de guérison.

Dépistage du cancer du côlon : ce que vous devez savoir

S’il est détecté à un stade précoce, le cancer du côlon et du rectum est guérissable dans 90 % des cas. Le test immunologique, plus fiable que l’ancien test Hemoccult, est proposé dans le cadre du programme de dépistage organisé pour les plus de 50 ans et recherche la présence de sang dans les selles. En cas de résultat positif ou en cas de risque familial, l’examen de référence pour le diagnostic du cancer colorectal reste la coloscopie.

Le cancer du côlon et du rectum, appelé cancer colorectal, touche chaque année plus de 43 000 Français. Il s’agit du deuxième cancer le plus meurtrier.

Cancer colorectal : à quel âge faut-il se faire dépister et pourquoi ?

prostate cancer

Toute personne âgée de 50 à 74 ans, sans symptôme particulier ni facteur de risque (antécédents familiaux de cancer du côlon, maladie de Crohn et autres MICI, etc.) est invitée à se faire dépister tous les deux ans, dans le cadre d’un programme de dépistage organisé, sur le même modèle que celui du cancer du sein. L’objectif est de rechercher des traces de sang occulte (non visible à l’œil nu) dans les selles, signe d’une éventuelle anomalie, polype intestinal ou cancer du gros intestin.

Pourquoi se faire dépister ?

Ce cancer se développe lentement, à l’intérieur du côlon ou du rectum, à partir de lésions appelées polypes. Les identifier à temps permet de les guérir dans neuf cas sur dix. C’est tout l’intérêt du dépistage organisé. Ce système permet de détecter à un stade précoce 70% des cancers colorectaux.

Si vous faites partie de la population concernée par le test (femmes ou hommes de 50 à 74 ans sans symptômes), ce dépistage proposé tous les deux ans est entièrement gratuit (pas d’avance de frais).

Et il peut vous sauver la vie car l’âge est un facteur de risque majeur du cancer colorectal. 95 % des cas surviennent après l’âge de 50 ans.

Qu’est-ce que le test immunologique de recherche de sang dans les selles ?

Depuis 2015, le test immunologique, plus fiable, a remplacé l’Hemoccult (test au gaïac) dans le dépistage organisé du cancer du côlon. Le test recherche toujours la présence de sang dans les selles et se fait à domicile. Les résultats sont envoyés par courrier ou sur internet (resultat- depistage.fr) dans les 15 jours.

Avantages

Ce test est plus fiable que l’ancien test au gaïac. Il cible spécifiquement l’hémoglobine humaine et ne réagit donc qu’en présence de sang humain : le résultat ne peut pas être influencé par l’alimentation (viande rouge crue). Il détecte 2,4 fois plus de cancers et 3,7 fois plus d’adénomes avancés (lésions précancéreuses) que l’ancien test, avec un risque moindre de faux positifs.

Il ne prend que quelques minutes. Un seul échantillon est nécessaire. Il suffit de piquer les selles avec un petit bâtonnet et de les insérer dans un tube qui est envoyé au laboratoire via l’enveloppe T fournie, dans les 24 heures suivant le prélèvement. N’oubliez pas d’indiquer la date du prélèvement.

Inconvénients

L’auto-collecte des selles peut être décourageante.

Un test négatif ne signifie pas nécessairement qu’il n’y a pas de cancer : un polype qui ne saigne pas n’est pas détecté.
Lorsque le résultat est positif (il révèle la présence de sang), une coloscopie est indispensable pour confirmer le diagnostic.
En vidéo : Le test de dépistage du cancer colorectal est-il fiable ?

Comment se déroule concrètement le dépistage du cancer colorectal ?

Entre 50 et 74 ans, une lettre d’invitation au dépistage est envoyée à domicile tous les deux ans. Elles la présentent ensuite à leur médecin généraliste pour qu’il effectue le test.

Après 74 ans, la lettre d’invitation n’est plus envoyée, et le médecin n’est pas censé fournir un kit pour une prise en charge à 100 %. En revanche, il peut prescrire une prise de sang dans les selles, qui est remboursée à 60% par l’assurance maladie et 40% par la mutuelle. La personne doit se rendre au laboratoire d’analyse avec cette prescription.

Comment recevoir le kit de dépistage à domicile

Depuis mars 2022, il est possible de recevoir le kit de dépistage directement à domicile, sans avoir à se rendre chez le médecin pour le retirer.

Il suffit de s’identifier en ligne sur le site de l’Assurance Maladie : monkit.depistage-colorectal.fr en saisissant le numéro d’invitation reçu par courrier et en répondant à quelques questions.

Le kit est reçu sous 15 jours.

En vidéo : Mode d’emploi du test immunologique, dépistage du cancer du côlon.

Comment obtenir les résultats ?

Les résultats sont disponibles :

en ligne, 3 jours ouvrés après leur envoi (resultat- depistage.fr) ;
par courrier : il faut compter 15 jours ouvrables après l’envoi du test.

Combien cela coûte-t-il ?

Ce dépistage organisé du cancer du côlon est pris en charge à 100% par la Sécurité sociale, sans avance de frais. Une enveloppe pré-remplie est fournie (pas besoin de timbre) pour l’envoi au laboratoire d’analyse.

Quand faut-il faire une coloscopie ?

cancer du colon

Si votre test de dépistage immunologique est positif : seule une coloscopie permet de vérifier la présence de polypes (petites tumeurs qui, à l’analyse, peuvent se révéler cancéreuses) et de les retirer immédiatement. En pratique, un tube souple muni de fibres optiques est introduit dans le côlon. Cet acte est réalisé sous anesthésie légère et est remboursé.

Si vous êtes un patient à risque : en cas d’antécédents familiaux de cancer colorectal (15 à 20% de la population), d’anémie, de modifications inhabituelles du transit, de maladie inflammatoire du côlon, etc., la coloscopie reste l’examen le plus fiable, avec une protection de 90% sur dix ans.

Le cancer du côlon peut-il être détecté par une analyse de sang ?

Il existe une alternative au test immunologique basé sur les selles, qui rebute certains patients. Il s’agit du test Septine 9, ou Epi proColon. Disponible en France depuis 2012, il recherche dans le sang l’ADN modifié du gène Septine 9, un marqueur du cancer du côlon. Son principal avantage est qu’une simple prise de sang suffit.

Inconvénients

Il coûte environ 150 euros, qui ne sont pas remboursés par l’assurance maladie française. Quelques mutuelles – très peu nombreuses – prennent en charge 50 % du coût.

Sa fiabilité n’a pas été confirmée : Il n’y a pas d’étude publiée sur une population de masse en situation de dépistage qui démontre la fiabilité et la performance de ce test sanguin, souligne l’Institut national du cancer.