Un bébé de deux ans perd la vie après une chute du 16e étage à Rennes !

Un petit bébé de deux ans est tombé du 16e étage d’un immeuble du sud de Rennes. L’enfant, qui est tombé d’une hauteur de près de 50 mètres, n’a pas survécu à ses blessures. Une enquête est en cours.

bébé

Le bébé a été victime d’une chute mortelle samedi 13 novembre à Rennes. Un garçon de deux ans, pour une raison encore inconnue.

Le bébé est tombé du 16e étage d’un immeuble situé au sud de Rennes, quartier Bréquigny, non loin du boulevard de l’Yser. Le garçon a été retrouvé allongé par un témoin au pied d’un immeuble de vingt étages, place Sarah Bernhardt.

Une enquête est en cours

Le bébé, qui est tombé d’un appartement du 16e étage, n’a pu être sauvé. Le bébé a été vu pour la première fois par un témoin, qui a alerté les services d’urgence vers 14h50, et a été rapidement pris en charge par ces derniers. Les premiers arrivés sur les lieux ont été les gendarmes d’Ille-et-Vilaine, qui se rendaient sur leur zone de patrouille, et ont tenté de prodiguer les premiers soins.

Luna

Les pompiers et les médecins et paramédicaux du SAMU ont ensuite pris le relais. Malgré tous ces efforts, le garçon n’a pas survécu à ses graves blessures et est décédé peu après l’événement.

Selon les pompiers, le petit bébé garçon de deux ans a fait une chute d’environ 48 mètres. Un officier de police judiciaire s’est rendu sur les lieux. Une enquête a maintenant été ouverte par le parquet, à la recherche des causes du décès, pour faire la lumière sur les circonstances de ce drame. Une autopsie a été demandée par le parquet, qui a indiqué ce samedi soir que pour l’instant l’hypothèse d’un accident domestique est privilégiée.

chute

Un bébé de 18 mois blessé après une collision entre deux voitures dans le Nord-Mayenne

Un accident de la circulation s’est produit dimanche 14 octobre sur la RN12 à Javron-les-Chapelles. Deux voitures sont entrées en collision. Quatre personnes ont été légèrement blessées, dont un bébé de 18 mois.

Dimanche 14 octobre, en fin de journée, alors qu’il faisait déjà nuit, deux voitures sont entrées en collision sur la RN12 à proximité de la commune de Javron-les-Chapelles. L’un des deux véhicules a percuté l’autre par l’arrière, selon les constatations des gendarmes.

police

L’accident, qui a perturbé la circulation sur cet axe très fréquenté entre Alençon et Laval, a fait quatre blessés légers, dont une mère de famille de 25 ans et son bébé de 18 mois. Toutes les victimes ont été transportées à l’hôpital de Mayenne. Une dizaine de sapeurs-pompiers du SDIS-53 ont été mobilisés pour cet incident.

Finistère : les parents se mobilisent pour leur bébé atteint d’une maladie orpheline

Les parents d’Enora, une petite fille de 7 mois atteinte d’une maladie génétique rare, lancent une campagne de financement en ligne pour aider à financer les soins et le matériel nécessaires. Ils espèrent susciter un élan de solidarité pour permettre à leur fille d’avoir une vie aussi normale que possible.

enfant

La vie de Thierry et Estelle a basculé le 13 juillet dernier. Ce jour-là, ils apprennent qu’Enora, leur deuxième fille née trois mois plus tôt, sera lourdement handicapée : elle est atteinte d’une hypoplasie cérébelleuse et pontoïde (PCP), une maladie neurodégénérative très rare (moins d’un cas sur un million) qui touche le cervelet et le tronc cérébral. Le diagnostic a été une gifle, un véritable traumatisme, raconte le père, ingénieur, qui a sombré dans une profonde dépression.

Aucun traitement

Petit à petit, le couple se remet sur pied et entreprend des démarches auprès des différents organismes, parallèlement aux consultations médicales qui suivent. C’est une logistique folle, nous avons en moyenne cinq rendez-vous par semaine (kinésithérapeute, orthopédiste, ophtalmologue, psychomotricien, etc.), en plus du suivi pédiatrique normal, explique Thierry. C’est vraiment fatigant, il y a beaucoup d’inconnues, c’est un peu effrayant mais on n’a pas le choix, il faut continuer.

bébé

Il n’existe aucun traitement pour cette maladie, mais en discutant avec d’autres parents concernés, Thierry et Estelle ont découvert des centres de soins spécialisés en Pologne et en Espagne. Ils ont également appris que le plus grand spécialiste de l’hypoplasie se trouve à Boston, aux Etats-Unis. Prête à mener un combat qui sera long, difficile et coûteux, la famille a décidé de faire appel à la générosité des autres pour aider Énora. Une campagne de collecte de fonds a été mise en place et une page Facebook a été créée pour aider Énora – Tous avec toi.

Le polyhandicap est un gouffre financier, nous savons qu’il y aura des frais à payer.

Condamné à vivre avec une épée de Damoclès, le couple préfère désormais positiver. Il ne faut pas penser à long terme, sinon on oublie de vivre. Mais la leçon que nous avons apprise, c’est de profiter du moment présent, explique Thierry. Très soudée et bien entourée, la famille prend soin de sa petite princesse aux yeux bleus : C’est une battante, elle a déjà vécu beaucoup de choses et elle garde le sourire. En fait, elle nous donne un coup de pouce.


Sacha Fernandes

Depuis l'enfance, je suis passionnée par l'écriture et le yoga et je suis très curieux de nature surtout quand il s'agit d'actualité et de presse, je m'intéresse à tous les domaines ! J'aime aussi les nouvelles technologies et la création de sites internet, ainsi que le SEO qui me passionne, une vraie révélation pour moi il y a plus de 10 ans.