Une bactérie très toxique et ultra dangereuse peut gâcher vos vacances en été, attention danger !

Le réchauffement climatique n'affecte pas seulement les températures et la façon dont nous gérons la chaleur cet été, mais il entraîne également des changements dans la façon dont nous profitons de nos journées d'été. D'une part, les lacs et les étangs du pays voient se développer une colonie de bactéries hautement toxiques pour les humains et les animaux. Et ces bactéries ont de graves effets sur notre santé. Des effets qui ne doivent pas être ignorés. Méfiez-vous donc des bactéries présentes dans ces sources d'eau.

Cette bactérie est si dangereuse pour les animaux et les humains que même les pêcheurs n’osent pas entrer en contact avec elle.

La ville de Neuchâtel, en Suisse, est située sur la rive nord du lac du même nom. Comme le rapporte France Info, les algues bleues occupent de plus en plus les plans d’eau en France. Cette cyanobactérie se développe comme une véritable colonie et colore la surface de l’eau. Si elle ne présente normalement aucun risque, sa prolifération en présente un. A tel point que certains pêcheurs évitent même d’entrer en contact avec elle.

Les conséquences du réchauffement climatique

Cette prolifération est une conséquence directe du réchauffement climatique et de la pollution dans le monde actuel. Ces deux facteurs se combinent pour créer un environnement favorable à la bactérie, qui a tout le temps de se développer. Elles l’apprécient quand il est enrichi en phosphate et en azote, décrit Delphine Guillebault, une microbiologiste française. C’est donc souvent sur des sites assez artificiels ou abîmés, ajoute-t-elle.

cyanobactéries

Une mort animale due à cette bactérie à Neuchâtel

Le lac Verdon, dans le Maine-et-Loire, a été massivement occupé par la bactérie en quelques mois seulement. Les poissons ont donc été contraints de se réfugier ailleurs. Début juillet, un chien est mort après s’être baigné dans le lac de Neuchâtel. Selon l’autopsie, l’animal a été intoxiqué par des algues bleues.

Cette bactérie présente le même danger pour les animaux que pour les humains. Elle peut provoquer un certain nombre de symptômes particulièrement gênants. Chez l’homme, ces symptômes comprennent des plaques rouges, des petits boutons et des signes de gastro-entérite.

Symptômes de la bactérie

Cet été, vous aurez probablement envie de vous rafraîchir dans la mer. Mieux vaut donc choisir le bon endroit pour poser votre serviette. Cette vigilance explique, par exemple, la fermeture de plusieurs plages en Normandie ce week-end. Il s’agit d’une mesure de précaution liée aux grandes marées. En effet, la mer touche alors des zones à risque de contamination par ces bactéries. Certaines plages sont régulièrement contaminées par des eaux usées ou des écoulements de champs avec des matières fécales animales. Le contact avec ces éléments entraîne principalement des problèmes de diarrhée.

baignades

Soit en se baignant, soit en respirant des gouttelettes contaminées de ces eaux. Cela peut entraîner des symptômes de type grippal, des saignements de nez ou des éruptions cutanées. Toutefois, si ces symptômes persistent, il ne faut pas hésiter à consulter un médecin ou le centre antipoison. Vous trouverez toutes les informations nécessaires sur cette contamination sur le site de l’ARS.

Comment éviter les cyanobactéries lors des baignades en été ?

Dès que la température augmente, les cyanobactéries perturbent la baignade dans les lacs et les rivières. Les explications de RTSinfo peuvent vous aider à les reconnaître, afin que vous puissiez profiter de l’eau en toute sérénité.
Lors des fortes chaleurs, les cyanobactéries présentes sur les berges de nos lacs et rivières prolifèrent. Bien que ces organismes soient présents toute l’année, leur floraison en été augmente les risques.

Les lacs de Neuchâtel, Morat et Gruyère sont propices au développement des cyanobactéries en raison de leur taille. Le lac Léman, dont la masse d’eau est plus importante, se réchauffe moins vite.

Certaines cyanobactéries produisent des toxines qui peuvent provoquer la mort d’animaux ou une intoxication chez l’homme. Plusieurs cantons de Suisse romande ont à nouveau lancé un appel à la prévention, suite à la mort de deux chiens dans le lac de Neuchâtel.

Dans le canton de Fribourg, le journal La Liberté a signalé la présence de ces organismes sur les rives du lac de la Gruyère, à La Roche.

Les signes de contamination

bactérie

Il est toutefois possible de reconnaître les zones touchées par les cyanobactéries. Les gens pensent souvent que, comme ce sont des bactéries, on ne les voit pas, mais c’est faux, explique Florence Dapples.

De manière générale, la responsable de la division Protection des eaux du canton de Vaud indique que les gens doivent faire preuve de bon sens. Les zones de cyanobactéries ne donnent généralement pas envie de se baigner, il faut donc suivre son instinct, dit-elle.

On reconnaît les zones touchées par les cyanobactéries à une sorte de film jaune ou brun sur l’eau, comme s’il y avait du pollen à la surface de l’eau, avec une sorte d’amas gélatineux comme des petits pétales gluants sur la rive.

En cas de cyanobactéries, en plus de suivre les conseils (voir encadrés), il faut informer la commune concernée. Les cyanobactéries peuvent disparaître très rapidement. Dès qu’elles ne sont plus présentes, il est possible de se baigner à nouveau.

Les proliférations de cyanobactéries vont faire partie du quotidien de nos étés, en raison de l’augmentation de la température, liée au réchauffement climatique, indique Florence Dapples.