Affaire Jubillar, la voiture fait de fracassantes révélations ! les détails révélés.

Le soir de la disparition de Delphine Jubillar, lorsque les policiers se présentent au domicile du couple à la demande de Cédric Jubillar, ils trouvent la voiture de la jeune femme stationnée de manière inhabituelle à l’extérieur. Les vitres étaient embuées et l’une des fenêtres du conducteur était ouverte, alors que nous étions en plein mois de décembre et qu’il pleuvait cette nuit-là.

Affaire Jubillar

L’interview donnée par l’avocat de Cédric Jubillar. Le magistrat révèle les conclusions de l’analyse effectuée sur le véhicule de Delphine Jubillar.

Cette information a été révélée lors de la conférence de presse du procureur de Toulouse. Elle a également soulevé la question de savoir si la voiture de Delphine Jubillar avait été déplacée la nuit de sa disparition. Mais pour Jean-Baptiste Alary, l’avocat de Cédric Jubillar, cette piste est loin d’être “sérieuse”.

Jubillar

“Cette histoire de stationnement n’est pas sérieuse, il y a une multitude de raisons pour que la voiture ait été garée dans une autre direction que d’habitude, si c’est le cas”, a-t-il déclaré. Il en a profité pour donner les résultats de l’analyse ADN du véhicule. “Qui plus est, rien d’intéressant n’a été trouvé dans la voiture. Pas de saleté, pas de boue, aucune trace de l’ADN de Delphine dans le coffre”, a déclaré le magistrat.

“La voiture de Delphine Jubillar n’était pas garée dans le bon sens, elle la garait toujours en marche arrière, prête à partir pour le lendemain”, a révélé le procureur lors de sa conférence de presse. Le JDD a également indiqué que Cédric Jubillar avait “remis lui-même les clés de la voiture de sa femme à la police”.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par C dans l’air (@cdanslair)

Les avocats de Cédric Jubillar réclament toujours sa libération. Convaincus de l’innocence de leur client, ses avocats s’emploient à démonter toutes les preuves retenues contre lui lors de sa mise en examen. L’ancien compagnon de Delphine Jubillar devrait revenir devant le juge en charge de l’affaire en octobre.

La dernière demande de mise en liberté formulée par ses avocats a été rejetée le 8 juillet. Mercredi 25 août, ils ont fait appel de cette décision, dénonçant “un dossier complètement vide”. Pour l’instant, Cédric Jubillar reste présumé innocent.

Delphine Jubillar, elle, reste introuvable depuis la nuit du 15 au 16 décembre 2020 où sa disparition a été signalée à Cagnac-les-Mines.

Affaire Jubillar : “Cédric a déjà levé la main sur elle”, témoigne pour la première fois le cousin de Delphine.

Pour la première fois depuis le début de l’affaire Jubillar, la cousine de Delphine, l’infirmière disparue à Cagnac-les-Mines (Tarn) le 16 décembre dernier, s’est confiée à BFM.

De dos pour préserver son anonymat, la cousine de Delphine Jubillar sort de son silence. Au micro de BFMtv, elle donne en quelques mots son point de vue sur cette affaire très médiatisée, quelques jours seulement après le rejet de la demande de libération de Cédric Jubillar.

Pour celle qui parle au nom des proches de l’infirmier disparu, le plus difficile est de ne pas savoir. “On ne sait toujours pas la vérité, on est toujours dans le doute, on a peur”, explique-t-elle à nos confrères.

Elle revient sur la personnalité de la cousine Jubillar, une mère attentionnée avec ses enfants qui maintenant “vivent sans leur mère qui était toujours présente. C’est elle qui donnait ce qui était nécessaire à ses enfants, l’amour et la tendresse.

“Je connais ma cousine”.

Mais là où le témoignage de la cousine va plus loin, c’est lorsqu’elle donne son avis sur Cédric, le mari de Delphine Jubillar, toujours en garde à vue dans le cadre de son enquête. Si les avocats de ce dernier pointent de nombreuses incohérences dans le dossier, la cousine de Delphine affirme qu’il a déjà été violent.

“En 2018, je sais que Cédric avait déjà levé la main sur elle. Donc ce n’est pas rassurant de penser qu’il y a déjà eu des violences entre eux. Elle évoque des violences physiques, mais aussi des violences verbales : “Combien de fois ai-je entendu “elle ne vaut rien”, “l’infirmière est facile””, énumère la cousine.

Elle conclut en faisant appel à Cédric Jubillar : “S’il sait quelque chose ou s’il a fait quelque chose, qu’il le dise, car on ne peut pas continuer à se taire, ce n’est pas possible”.


Antoine Berrot

Ancien bordelais exilé à Marseille, je suis fasciné par l'univers du sport et des séries TV, surtout celle de Netflix France. Pigiste et rédacteur pour plusieurs magazines peoples, Antoine est de nature curieux et il adore partager son point de vue sur tous les sujets médiatiques.