Affaire Delphine Jubillar flash urgent ! des cris entendus la nuit de sa disparition.

Une voisine du couple Jubillar à Cagnac-les-Mines dans le Tarn raconte les cris qu’elle a entendus la nuit de la disparition de Delphine. Comme elle a entendu des aboiements au même moment, elle a pensé qu’il s’agissait d’un combat de chiens. Et elle n’a pas prévenu la police.

Delphine Jubillar

Dans quinze jours, cela fera un an que Delphine Jubillar, l’infirmière de Cagnac-les-Mines dans le Tarn, a disparu.

Delphine Jubillar affaire ! C’était un cri de peur, c’était fort. Ça criait, ça s’est arrêté et la peur était si grande qu’elle n’a pas eu le temps de reprendre son souffle. Ce que je sais, c’est que le cri de cette personne m’a fait très, très peur.

Et ce vendredi 3 décembre, Cédric Jubillar est convoqué dans le bureau des juges d’instruction de Toulouse qui vont l’interroger en détail sur cette même nuit. Le témoignage de la voisine, qui habite à 130 mètres de la maison à vol d’oiseau, que nous vous avions déjà révélé en juin, est l’une des principales armes entre les mains des enquêteurs.

Affaire Delphine Jubillar

Ce soir-là, cette voisine regardait « Retour vers le futur 2 » sur TF1. Elle est sortie sur la terrasse au moment où le héros jouait un solo de guitare. La scène du film a été diffusée entre 22h50 et 22h54, selon les indications données par la chaîne aux enquêteurs. Delphine Jubillar a envoyé un message à son amant via Snapchat à 22h55.

Cette voisine est sortie fumer tranquillement avant d’entendre les cris un peu plus tard. Un laps de temps qu’elle ne peut plus estimer. Elle a ensuite été rejointe par sa fille. La jeune fille de 10 ans se souvient être sortie au pub. Cette publicité a été diffusée à 23h07 sur TF1 à la fin du film. La petite fille dit avoir aussi entendu des femmes crier et des chiens aboyer. Ces cris correspondent-ils aux derniers instants de Delphine Jubillar devant sa maison ?

Les cris étaient mêlés aux aboiements des chiens, se souvient la voisine. S’agirait-il de Gnocchi et Oprah, les deux chiens Shar-Pei du couple Jubillar ?

La voisine, qui pensait qu’il s’agissait d’un combat de chiens, a d’abord pensé à se rendre sur les lieux. Puis elle s’est ravisée en raison de sa peur des chiens. Sans penser à appeler la gendarmerie que Cédric Jubillar contactera quelques heures plus tard pour signaler la disparition de sa femme Delphine Jubillar.

L’affaire Jubillar : Je n’ai pas tué Delphine Jubillar ! clame une nouvelle fois son mari Cédric devant les juges.

En audience à huis clos, Cédric Jubillar a réaffirmé mardi 16 novembre devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Toulouse : Je suis innocent, je n’ai pas tué Delphine Jubillar. Pour la première fois depuis le début de cette affaire, la cour a interdit la publicité des débats tandis que les avocats de la défense ont plaidé pour la libération de leur client.

Je n’ai jamais fait de mal à Delphine Jubillar. Ce sont les premiers mots à peine murmurés par Cédric Jubillar à l’audience, ce mardi 16 novembre, devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Toulouse. Une phrase timidement prononcée en direction du public et des journalistes sommés de quitter la salle d’audience par la présidente, Corinne Chassagne.

Il est innocent ! Ce que vous faites est scandaleux ! tonne Alexandre Martin, l’un des avocats de Cédric Jubillar, dont la seule déclaration publique ressemble à un cri dans le désert. Parce qu’elle souhaite un retour à des débats apaisés loin de l’hyper-médiatisation de cette affaire, la présidente a fait le ménage après 5 mois de traitement médiatique de nature à entraver le bon déroulement de l’enquête et le secret de l’instruction. C’est la raison officielle de cette audition à huis clos.

Accusé d’avoir tué sa femme Delphine Jubillar, disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020, à Cagnac-les-Mines (Tarn), et dont le corps n’a toujours pas été retrouvé, Cédric Jubillar a réaffirmé son innocence alors que ses avocats viennent plaider sa libération. La deuxième en quatre mois.

Nous nous battons contre le temps qui passe.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par C dans l’air (@cdanslair)

Il sera entendu sur le fond du dossier près d’un an plus tard, le 3 décembre 2021, sur des éléments recueillis en février 2021. C’est inadmissible ! insiste encore Me Martin, aux côtés d’Emmanuelle Franck. Nous nous battons contre le temps qui passe et contre la manière dont cette enquête est menée. Comment comprendre qu’une couette saisie le 17 décembre (NDLR : la couette où Delphine Jubillar était censée dormir) ne sera pas envoyée à l’expert avant le 28 juillet ? Serait-elle perdue ? a insinué l’avocat de la défense. D’autant que cette expertise devait être rendue avant le 15 octobre.

Lors de cette audience, la défense a une nouvelle fois mis en avant des pistes inexplorées, ou du moins des investigations qui n’ont pas été suffisamment poussées, selon la défense. Selon nos informations, ces pistes concernent des personnes connues de l’affaire.

Pour le parquet, qui a requis le maintien en détention de Cédric Jubillar, les investigations sont toujours en cours et il est donc nécessaire de maintenir le peintre et plâtrier de 34 ans en détention et en isolement, afin de préserver les éléments de l’enquête. La justice mène toujours des recherches pour retrouver le corps de Delphine Jubillar.

Cédric Jubillar n’a pas eu un comportement approprié.

L’aîné des enfants du couple, Louis, 7 ans, devrait être entendu pour la première fois par les juges d’instruction fin novembre. Enfin, Cédric Jubillar devrait également être interrogé pour la deuxième fois par les juges d’instruction le 3 décembre. Cette audition portera sur la chronologie de la soirée du 15 au 16 décembre.

Delphine Jubillar

Selon l’accusation, Cédric Jubillar n’a pas eu un comportement approprié alors que sa femme venait de disparaître. Les menaces de mort qu’il a proférées à l’encontre de son épouse, le stationnement de la voiture dans une direction inhabituelle, laissant supposer un déplacement en pleine nuit, et une série d’indices graves et concordants font de cet homme, aux yeux de la justice, le plus susceptible d’avoir commis ce crime.

Le tribunal se prononcera sur la demande de mise en liberté le 22 novembre.


Sacha Fernandes

Depuis l'enfance, je suis passionnée par l'écriture et le yoga et je suis très curieux de nature surtout quand il s'agit d'actualité et de presse, je m'intéresse à tous les domaines ! J'aime aussi les nouvelles technologies et la création de sites internet, ainsi que le SEO qui me passionne, une vraie révélation pour moi il y a plus de 10 ans.